PostgreSQLLa base de données la plus sophistiquée au monde.

Version anglaise

19. Authentification du client

Quand une application client se connecte au serveur de bases de données, elle indique le nom de l'utilisateur de base de données à utiliser pour la connexion, de la même façon qu'on se connecte à un ordinateur Unix sous un nom d'utilisateur particulier. Au sein de l'environnement SQL, le nom d'utilisateur de la base de données active détermine les droits régissant l'accès aux objets de la base de données -- voir le Chapitre 20, Rôles de la base de données pour plus d'informations. Ainsi, il est essentiel de limiter le nombre de bases de données auxquelles les utilisateurs peuvent se connecter.

[Note]

Note

Comme expliqué dans le Chapitre 20, Rôles de la base de données, PostgreSQL™ gère les droits par l'intermédiaire des « rôles ». Dans ce chapitre, le terme utilisateur de bases de données est utilisé pour signifier « rôle disposant du droit LOGIN ».

L'authentification est le processus par lequel le serveur de bases de données établit l'identité du client et, par extension, détermine si l'application client (ou l'utilisateur qui l'utilise) est autorisée à se connecter avec le nom d'utilisateur de bases de données indiqué.

PostgreSQL™ offre quantité de méthodes d'authentification différentes. La méthode utilisée pour authentifier une connexion client particulière peut être sélectionnée d'après l'adresse (du client), la base de données et l'utilisateur.

Les noms d'utilisateur de bases de données sont séparés de façon logique des noms d'utilisateur du système d'exploitation sur lequel tourne le serveur. Si tous les utilisateurs d'un serveur donné ont aussi des comptes sur la machine serveur, il peut être pertinent d'attribuer aux utilisateurs de bases de données des noms qui correspondent à ceux des utilisateurs du système d'exploitation. Cependant, un serveur qui accepte des connexions distantes peut avoir des utilisateurs de bases de données dépourvus de compte correspondant sur le système d'exploitation. Dans ce cas, aucune correspondance entre les noms n'est nécessaire.

19.1. Le fichier pg_hba.conf

L'authentification du client est contrôlée par un fichier, traditionnellement nommé pg_hba.conf et situé dans le répertoire data du groupe de bases de données, par exemple /usr/local/pgsql/data/pg_hba.conf (HBA signifie « host-based authentication » : authentification fondée sur l'hôte.) Un fichier pg_hba.conf par défaut est installé lorsque le répertoire data est initialisé par initdb. Néanmoins, il est possible de placer le fichier de configuration de l'authentification ailleurs ; voir le paramètre de configuration hba_file.

Le format général du fichier pg_hba.conf est un ensemble d'enregistrements, un par ligne. Les lignes vides sont ignorées tout comme n'importe quel texte placé après le caractère de commentaire #. Un enregistrement est constitué d'un certain nombre de champs séparés par des espace et/ou des tabulations. Les enregistrements ne peuvent pas être continués sur plusieurs lignes. Les champs peuvent contenir des espaces si la valeur du champ est mise entre guillemets. Mettre entre guillemets un des mots-clés dans un champ base de données, utilisateur ou adresse (par exemple, all ou replication) fait que le mot perd son interprétation spéciale, ou correspond à la base de données, à l'utilisateur ou à l'hôte ayant ce nom.

Chaque enregistrement précise un type de connexion, une plage d'adresses IP (si approprié au type de connexion), un nom de base de données, un nom d'utilisateur et la méthode d'authentification à utiliser pour les connexions correspondant à ces paramètres. Le premier enregistrement qui correspond au type de connexion, à l'adresse client, à la base de données demandée et au nom d'utilisateur est utilisé pour effectuer l'authentification. Il n'y a pas de suite après une erreur (« fall-through » ou « backup ») : si un enregistrement est choisi et que l'authentification échoue, les enregistrements suivants ne sont pas considérés. Si aucun enregistrement ne correspond, l'accès est refusé.

Un enregistrement peut avoir l'un des sept formats suivants.

local      database  user  auth-method  [auth-options]
host       database  user  address  auth-method  [auth-options]
hostssl    database  user  address  auth-method  [auth-options]
hostnossl  database  user  address  auth-method  [auth-options]
host       database  user  IP-address  IP-mask  auth-method  [auth-options]
hostssl    database  user  IP-address  IP-mask  auth-method  [auth-options]
hostnossl  database  user  IP-address  IP-mask  auth-method  [auth-options]

La signification des champs est la suivante :

local

Cet enregistrement intercepte les tentatives de connexion qui utilise les sockets du domaine Unix. Sans enregistrement de ce type, les connexions de sockets du domaine Unix ne sont pas autorisées.

host

Cet enregistrement intercepte les tentatives de connexion par TCP/IP. Les lignes host s'appliquent à toute tentative de connexion, SSL ou non.

[Note]

Note

Les connexions TCP/IP ne sont pas autorisées si le serveur n'est pas démarré avec la valeur appropriée du paramètre de configuration listen_addresses. En effet, par défaut, le serveur n'écoute que les connexions TCP/IP en provenance de l'adresse loopback locale, localhost.

hostssl

Cet enregistrement intercepte les seules tentatives de connexions par TCP/IP qui utilisent le chiffrement SSL.

Pour utiliser cette fonction, le serveur doit être compilé avec le support de SSL. De plus, SSL doit être activé au démarrage du serveur en positionnant le paramètre de configuration ssl (voir la Section 17.9, « Connexions tcp/ip sécurisées avec ssl » pour plus d'informations).

hostnossl

Cet enregistrement a un comportement opposé à hostssl : il n'intercepte que les tentatives de connexion qui n'utilisent pas SSL.

database

Indique les noms des bases de données concernées par l'enregistrement. La valeur all indique qu'il concerne toutes les bases de données. Le terme sameuser indique que l'enregistrement coïncide si la base de données demandée a le même nom que l'utilisateur demandé. Le terme samerole indique que l'utilisateur demandé doit être membre du rôle portant le même nom que la base de données demandée (samegroup est obsolète bien qu'il soit toujours accepté comme écriture alternative de samerole.). La valeur replication indique que l'enregistrement établit une correspondance si une connexion de réplication est demandée (notez que les connexions de réplication ne ciblent pas une base de données particulière). Dans tous les autres cas, c'est le nom d'une base de données particulière. Plusieurs noms de base de données peuvent être fournis en les séparant par des virgules. Un fichier contenant des noms de base de données peut être indiqué en faisant précéder le nom du fichier de @.

user

Indique les utilisateurs de bases de données auxquels cet enregistrement correspond. La valeur all indique qu'il concerne tous les utilisateurs. Dans le cas contraire, il s'agit soit du nom d'un utilisateur spécifique de bases de données ou d'un nom de groupe précédé par un + (il n'existe pas de véritable distinction entre les utilisateurs et les groupes dans PostgreSQL™ ; un + signifie exactement « établit une correspondance pour tous les rôles faisant parti directement ou indirectement de ce rôle » alors qu'un nom sans + établit une correspondance avec ce rôle spécifique). Plusieurs noms d'utilisateurs peuvent être fournis en les séparant par des virgules. Un fichier contenant des noms d'utilisateurs peut être indiqué en faisant précéder le nom du fichier de @.

address

Indique l'adresse IP ou la plage d'adresses IP à laquelle correspond cet enregistrement. Ce champ peut contenir soit un nom de machine (FQDN), soit le suffixe d'un domaine (sous la forme .exemple.com), soit une adresse ou une plage d'adresses IP, soit enfin l'un des mots-clés mentionnés ci-après.

Les adresses IP doivent être écrites sous la notation décimale standard avec une longueur de masque CIDR. La longueur du masque indique le nombre de bits forts pour lesquels une correspondance doit être trouvée avec l'adresse IP du client. Les bits de droite doivent valoir zéro dans l'adresse IP indiquée. Il ne doit y avoir aucune espace entre l'adresse IP, le / et la longueur du masque CIDR.

À la place du CIDR-address, vous pouvez écrire samehost pour correspondre aux adresses IP du serveur ou samenet pour correspondre à toute adresse du sous-réseau auquel le serveur est directement connecté.

Une adresse CIDR (CIDR-address) est typiquement 172.20.143.89/32 pour un hôte seul, 172.20.143.0/24 pour un petit réseau ou 10.6.0.0/16 pour un réseau plus grand. 0.0.0.0/0 représente toutes les adresses IPv4, et ::/0 représente l'ensemble des adresses IPv6. Pour n'indiquer qu'un seul hôte, on utilise un masque de 32 pour IPv4 ou 128 pour IPv6. Dans une adresse réseau, ne pas oublier les zéros terminaux.

Une adresse IP indiquée au format IPv4 coïncide avec les connexions IPv6 d'adresse correspondante. Par exemple, 127.0.0.1 correspond à l'adresse IPv6 ::ffff:127.0.0.1. Une entrée donnée au format IPv6 correspond uniquement aux connexions IPv6 même si l'adresse représentée est dans le domaine IPv4-vers-IPv6. Les adresses au format IPv6 sont rejetées si la bibliothèque système C ne supporte pas les adresses IPv6.

La valeur all permet de cibler n'importe quelle adresse IP cliente, samehost n'importe quelle adresse IP du serveur ou samenet pour toute adresse IP faisant partie du même sous-réseau que le serveur.

Si un nom d'hôte est renseigné (dans les faits tout ce qui ne correspond pas à une adresse ou une plage d'adresses IP, ni à un mot clé, sera traité comme un nom d'hôte potentiel), ce nom est comparé au résultat d'une résolution de nom inverse de l'adresse IP du client (ou une recherche DNS inverse si un DNS est utilisé). Les comparaisons de noms d'hôtes ne sont pas sensibles à la casse. En cas de correspondance, une nouvelle recherche récursive de nom sera lancée afin de déterminer que le nom d'hôte concorde bel et bien avec l'adresse IP du client. L'enregistrement n'est validé qu'en cas de concordance entre la résolution inverse et la résolution récursive pour l'adresse IP cliente. (Le nom d'hôte fourni dans le fichier pg_hba.conf doit donc correspondre à au moins l'une des adresses IP fournies par le mécanisme de résolution de noms, sinon l'enregistrement ne sera pas pris en considération. Certains serveurs de noms réseau permettent d'associer une adresse IP à de multiples noms d'hôtes (alias DNS), mais bien souvent le système d'exploitation ne retourne qu'un seul nom d'hôte lors de la résolution d'une adresse IP.)

Un nom d'hôte débutant par un point (.) ciblera le suffixe du nom d'hôte du poste client. Du coup, indiquer .exemple.com correspondra à la machine foo.exemple.com (mais pas au client exemple.com).

Lorsque vous spécifiez des noms d'hôtes dans le fichier pg_hba.conf, vous devez vous assurer que la résolution de noms soit raisonnablement rapide. À défaut, il peut être avantageux de configurer un serveur-cache local pour effectuer la résolution de noms, tel que nscd. Vous pouvez également valider le paramètre de configuration log_hostname afin de retrouver dans les journaux le nom d'hôte du client au lieu de sa simple adresse IP.

Ce champ ne concerne que les enregistrements host, hostssl et hostnossl.

IP-address, IP-mask

Ces champs peuvent être utilisés comme alternative à la notation CIDR-address. Au lieu de spécifier la longueur du masque, le masque réel est indiquée dans une colonne distincte. Par exemple, 255.0.0.0 représente une longueur de masque CIDR IPv4 de 8, et 255.255.255.255 représente une longueur de masque de 32.

Ces champs ne concernent que les enregistrements host, hostssl et hostnossl.

auth-method

Indique la méthode d'authentification à utiliser lors d'une connexion via cet enregistrement. Les choix possibles sont résumés ici ; les détails se trouvent dans la Section 19.3, « Méthodes d'authentification ».

trust

Autorise la connexion sans condition. Cette méthode permet à quiconque peut se connecter au serveur de bases de données de s'enregistrer sous n'importe quel utilisateur PostgreSQL™ de son choix sans mot de passe ou autre authentification. Voir la Section 19.3.1, « Authentification trust » pour les détails.

reject

Rejette la connexion sans condition. Ce cas est utile pour « filtrer » certains hôtes d'un groupe, par exemple une ligne reject peut bloquer la connexion d'un hôte spécifique alors qu'une ligne plus bas permettra aux autres hôtes de se connecter à partir d'un réseau spécifique.

md5

Demande au client de fournir un mot de passe chiffré MD5 pour l'authentification. Voir la Section 19.3.2, « Authentification par mot de passe » pour les détails.

password

Requiert que le client fournisse un mot de passe non chiffré pour l'authentification. Comme le mot de passe est envoyé en clair sur le réseau, ceci ne doit pas être utilisé sur des réseaux non dignes de confiance. Voir la Section 19.3.2, « Authentification par mot de passe » pour les détails.

gss

Utilise GSSAPI pour authentifier l'utilisateur. Disponible uniquement pour les connexions TCP/IP. Voir Section 19.3.3, « Authentification GSSAPI » pour les détails.

sspi

Utilise SSPI pour authentifier l'utilisateur. Disponible uniquement sur Windows. Voir Section 19.3.4, « Authentification SSPI » pour plus de détails.

krb5

Utilise Kerberos V5 pour authentifier l'utilisateur. Ceci n'est disponible que pour les connexions TCP/IP. Voir la Section 19.3.5, « Authentification Kerberos » pour les détails.

ident

Récupère le nom de l'utilisateur en contactant le serveur d'identification sur le poste client, et vérifie que cela correspond au nom d'utilisateur de base de données demandé. L'authentification Ident ne peut être utilisée que pour les connexions TCP/IP. Pour les connexions locales, elle sera remplacée par l'authentification peer.

peer

Récupère le nom d'utilisateur identifié par le système d'exploitation du client et vérifie que cela correspond au nom d'utilisateur de base de données demandé. Peer ne peut être utilisée que pour les connexions locales. Voir la Section 19.3.7, « Peer Authentication » ci-dessous pour les details.

ldap

Authentification par un serveur LDAP. Voir la Section 19.3.8, « Authentification LDAP » pour les détails.

radius

Authentification par un serveur RADIUS. Voir Section 19.3.9, « Authentification RADIUS » pour les détails.

cert

Authentification par certificat client SSL. Voir Section 19.3.10, « Authentification de certificat » pour les détails.

pam

Authentification par les Pluggable Authentification Modules (PAM) fournis par le système d'exploitation. Voir la Section 19.3.11, « Authentification PAM » pour les détails.

auth-options

Après le champ auth-method, on peut trouver des champs de la forme nom=valeur qui spécifient des options pour la méthode d'authentification. Les détails sur les options disponibles apparaissent ci-dessous pour chaque méthode d'authentification.

Les fichiers inclus par les constructions @ sont lus comme des listes de noms, séparés soit par des espaces soit par des virgules. Les commentaires sont introduits par le caractère # comme dans pg_hba.conf, et les constructions @ imbriquées sont autorisées. À moins que le nom du fichier qui suit @ ne soit un chemin absolu, il est supposé relatif au répertoire contenant le fichier le référençant.

Les enregistrements du fichier pg_hba.conf sont examinés séquentiellement à chaque tentative de connexion, l'ordre des enregistrements est donc significatif. Généralement, les premiers enregistrements ont des paramètres d'interception de connexions stricts et des méthodes d'authentification peu restrictives tandis que les enregistrements suivants ont des paramètres plus larges et des méthodes d'authentification plus fortes. Par exemple, on peut souhaiter utiliser l'authentification trust pour les connexions TCP/IP locales mais demander un mot de passe pour les connexion TCP/IP distantes. Dans ce cas, l'enregistrement précisant une authentification trust pour les connexions issues de 127.0.0.1 apparaît avant un enregistrement indiquant une authentification par mot de passe pour une plage plus étendue d'adresses IP client autorisées.

Le fichier pg_hba.conf est lu au démarrage et lorsque le processus serveur principal reçoit un signal SIGHUP. Si le fichier est édité sur un système actif, on peut signaler au postmaster (en utilisant pg_ctl reload ou kill -HUP) de relire le fichier.

[Astuce]

Astuce

Pour se connecter à une base particulière, un utilisateur doit non seulement passer les vérifications de pg_hba.conf mais doit également avoir le droit CONNECT sur cette base. Pour contrôler qui peut se connecter à quelles bases, il est en général plus facile de le faire en donnant ou retirant le privilège CONNECT plutôt qu'en plaçant des règles dans le fichier pg_hba.conf.

Quelques exemples d'entrées de pg_hba.conf sont donnés ci-dessous dans l'Exemple 19.1, « Exemple d'entrées de pg_hba.conf ». Voir la section suivante pour les détails des méthodes d'authentification.

Exemple 19.1. Exemple d'entrées de pg_hba.conf

# Permettre à n'importe quel utilisateur du système local de se connecter
# à la base de données sous n'importe quel nom d'utilisateur au travers
# des sockets de domaine Unix (par défaut pour les connexions locales).
#
# TYPE  DATABASE        USER            ADDRESS                 METHOD
local   all             all                                     trust

# La même chose en utilisant les connexions TCP/IP locales loopback.
#
# TYPE  DATABASE        USER            ADDRESS                 METHOD
host    all             all             127.0.0.1/32            trust

# Pareil mais en utilisant une colonne netmask distincte.
#
# TYPE  DATABASE    USER        IP-ADDRESS          IP-mask              METHOD
host    all         all         127.0.0.1           255.255.255.255      trust

# Pareil mais en IPv6.
#
# TYPE  DATABASE        USER            ADDRESS                 METHOD
host    all             all             ::1/128                 trust

# À l'identique en utilisant le nom d'hôte (qui doit typiquement fonctionner en IPv4 et IPv6).
#
# TYPE  DATABASE        USER            ADDRESS                 METHOD
host    all             all             localhost               trust

# Permettre à n'importe quel utilisateur de n'importe quel hôte d'adresse IP
# 192.168.93.x de se connecter à la base de données "postgres" sous le nom
# d'utilisateur qu'ident signale à la connexion (généralement le
# nom utilisateur du système d'exploitation).
# 
# TYPE  DATABASE        USER            ADDRESS                 METHOD
host    postgres        all             192.168.93.0/24         ident

# Permet à un utilisateur de l'hôte 192.168.12.10 de se connecter à la base de
# données "postgres" si le mot de passe de l'utilisateur est correctement fourni.
# 
# TYPE  DATABASE        USER            ADDRESS                 METHOD
host    postgres        all             192.168.12.10/32        md5

# Permet la connexion à n'importe quel utilisateur depuis toutes les machines du 
# domaine exemple.com à n'importe quelle base de données si le mot de passe
# correct est fourni.
#
# TYPE  DATABASE        USER            ADDRESS                 METHOD
host    all             all             .exemple.com            md5

# Si aucune ligne "host" ne précède, ces deux lignes rejettent toutes
# les connexions en provenance de 192.168.54.1 (puisque cette entrée déclenche
# en premier), mais autorisent les connexions Kerberos 5 de n'importe où
# ailleurs sur l'Internet. Le masque zéro signifie qu'aucun bit de l'ip de
# l'hôte n'est considéré, de sorte à correspondre à tous les hôtes.
# 
# TYPE  DATABASE        USER            ADDRESS                 METHOD
host    all             all             192.168.54.1/32         reject
host    all             all             0.0.0.0/0               krb5

# Permettre à tous les utilisateurs de se connecter depuis 192.168.x.x à n'importe
# quelle base de données s'ils passent la verification d'identification. Si,
# par exemple, ident indique que l'utilisateur est "bryanh" et qu'il
# demande à se connecter en tant qu'utilisateur PostgreSQL "guest1", la
# connexion n'est permise que s'il existe une entrée dans pg_ident.conf pour la
# correspondance "omicron" disant que "bryanh" est autorisé à se connecter en
# tant que "guest1".
#
# TYPE  DATABASE        USER            ADDRESS                 METHOD
host    all             all             192.168.0.0/16          ident map=omicron

# Si ces trois lignes traitent seules les connexions locales, elles
# n'autorisent les utilisateurs locaux qu'à se connecter à leur propre
# base de données (base ayant le même nom que leur nom
# d'utilisateur) exception faite des administrateurs
# et des membres du rôle "support" qui peuvent se connecter à toutes les bases
# de données. Le fichier $PGDATA/admins contient une liste de noms
# d'administrateurs. Un mot de passe est requis dans tous les cas.
#
# TYPE  DATABASE        USER            ADDRESS                 METHOD
local   sameuser        all                                     md5
local   all             @admins                                 md5
local   all             +support                                md5

# Les deux dernières lignes ci-dessus peuvent être combinées en une seule ligne :
local   all         @admins,+support                  md5

# La colonne database peut aussi utiliser des listes et des noms de fichiers :
local   db1,db2,@demodbs  all                         md5