PostgreSQLLa base de données la plus sophistiquée au monde.

Version anglaise

50.3. Étape d'analyse

L'étape d'analyse est constituée de deux parties :

  • l'analyseur, défini dans gram.y et scan.l, est construit en utilisant les outils Unix bison et flex ;

  • le processus de transformation fait des modifications et des ajouts aux structures de données renvoyées par l'analyseur.

50.3.1. Analyseur

L'analyseur doit vérifier que la syntaxe de la chaîne de la requête (arrivant comme un texte) est valide. Si la syntaxe est correcte, un arbre d'analyse est construit et renvoyé, sinon une erreur est retournée. Les analyseur et vérificateur syntaxiques sont développés à l'aide des outils Unix bien connus bison et flex.

L'analyseur lexical, défini dans le fichier scan.l, est responsable de la reconnaissance des identificateurs, des mots clés SQL, etc. Pour chaque mot clé ou identificateur trouvé, un jeton est engendré et renvoyé à l'analyseur.

L'analyseur est défini dans le fichier gram.y et consiste en un ensemble de règles de grammaire et en des actions à exécuter lorsqu'une règle est découverte. Le code des actions (qui est en langage C) est utilisé pour construire l'arbre d'analyse.

Le fichier scan.l est transformé en fichier source C scan.c en utilisant le programme flex et gram.y est transformé en gram.c en utilisant bison. Après avoir réalisé ces transformations, un compilateur C normal peut être utilisé pour créer l'analyseur. Il est inutile de modifier les fichiers C engendrés car ils sont écrasés à l'appel suivant de flex ou bison.

[Note]

Note

Les transformations et compilations mentionnées sont normalement réalisées automatiquement en utilisant les makefile distribués avec les sources de PostgreSQL™.

La description détaillée de bison ou des règles de grammaire données dans gram.y dépasse le cadre de ce document. Il existe de nombreux livres et documentations en relation avec flex et bison. Il est préférable d'être familier avec bison avant de commencer à étudier la grammaire donnée dans gram.y, au risque de ne rien y comprendre.

50.3.2. Processus de transformation

L'étape d'analyse crée un arbre d'analyse qui n'utilise que les règles fixes de la structure syntaxique de SQL. Il ne fait aucune recherche dans les catalogues système. Il n'y a donc aucune possibilité de comprendre la sémantique détaillée des opérations demandées. Lorsque l'analyseur a fini, le processus de transformation prend en entrée l'arbre résultant de l'analyseur et réalise l'interprétation sémantique nécessaire pour connaître les tables, fonctions et opérateurs référencés par la requête. La structure de données construite pour représenter cette information est appelée l'arbre de requête.

La séparation de l'analyse brute et de l'analyse sémantique résulte du fait que les recherches des catalogues système ne peuvent se dérouler qu'à l'intérieur d'une transaction. Or, il n'est pas nécessaire de commencer une transaction dès la réception d'une requête. L'analyse brute est suffisante pour identifier les commandes de contrôle des transactions (BEGIN, ROLLBACK, etc.). Elles peuvent de plus être correctement exécutées sans analyse complémentaire. Lorsqu'il est établi qu'une vraie requête doit être gérée (telle que SELECT ou UPDATE), une nouvelle transaction est démarrée si aucune n'est déjà en cours. Ce n'est qu'à ce moment-là que le processus de transformation peut être invoqué.

La plupart du temps, l'arbre d'une requête créé par le processus de transformation a une structure similaire à l'arbre d'analyse brute mais, dans le détail, de nombreuses différences existent. Par exemple, un nœud FuncCall dans l'arbre d'analyse représente quelque chose qui ressemble syntaxiquement à l'appel d'une fonction. Il peut être transformé soit en nœud FuncExpr soit en nœud Aggref selon que le nom référencé est une fonction ordinaire ou une fonction d'agrégat. De même, des informations sur les types de données réels des colonnes et des résultats sont ajoutées à l'arbre de la requête.