PostgreSQLLa base de données la plus sophistiquée au monde.

Version anglaise

7.7. Listes VALUES

VALUES fournit une façon de générer une table de « constantes » qui peut être utilisée dans une requête sans avoir à réellement créer et peupler une table sur disque. La syntaxe est

VALUES ( expression [, ...] ) [, ...]
     

Chaque liste d'expressions entre parenthèses génère une ligne dans la table. Les listes doivent toutes avoir le même nombre d'éléments (c'est-à-dire une liste de colonnes dans la table), et les entrées correspondantes dans chaque liste doivent avoir des types compatibles. Le type réel affecté à chaque colonne du résultat est déterminé en utilisant les mêmes règles que pour UNION (voir Section 10.5, « Constructions UNION, CASE et constructions relatives »).

Voici un exemple :

            VALUES (1, 'un'), (2, 'deux'), (3, 'trois');
     

renverra une table de deux colonnes et trois lignes. C'est équivalent à :

SELECT 1 AS column1, 'un' AS column2
UNION ALL
SELECT 2, 'deux'
UNION ALL
SELECT 3, 'trois';
     

Par défaut, PostgreSQL™ affecte les noms column1, column2, etc. aux colonnes d'une table VALUES. Les noms des colonnes ne sont pas spécifiés par le standard SQL et les différents SGBD le font de façon différente. Donc, il est généralement mieux de surcharger les noms par défaut avec une liste d'alias, comme ceci :

=> SELECT * FROM (VALUES (1, 'one'), (2, 'two'), (3, 'three')) AS t (num,letter);
 num | letter
-----+--------
   1 | one
   2 | two
   3 | three
(3 rows)
     

Syntaxiquement, VALUES suivi par une liste d'expressions est traité de la même façon que

SELECT liste_select FROM expression_table
     

et peut apparaître partout où un SELECT le peut. Par exemple, vous pouvez l'utiliser comme élément d'un UNION ou y attacher une spécification de tri (ORDER BY, LIMIT et/ou OFFSET). VALUES est habituellement utilisée comme source de données dans une commande INSERT command, mais aussi dans une sous-requête.

Pour plus d'informations, voir VALUES(7).