PostgreSQLLa base de données la plus sophistiquée au monde.

Version anglaise

19.3. Connexions et authentification

19.3.1. Paramètres de connexion

listen_addresses (string)

Indique les adresses TCP/IP sur lesquelles le serveur écoute les connexions en provenance d'applications clientes. La valeur prend la forme d'une liste de noms d'hôte ou d'adresses IP numériques séparés par des virgules. L'entrée spéciale * correspond à toutes les interfaces IP disponibles. L'enregistrement 0.0.0.0 permet l'écoute sur toutes les adresses IPv4 et :: permet l'écoute sur toutes les adresses IPv6. Si la liste est vide, le serveur n'écoute aucune interface IP, auquel cas seuls les sockets de domaine Unix peuvent être utilisées pour s'y connecter. La valeur par défaut est localhost, ce qui n'autorise que les connexions TCP/IP locales de type « loopback ». Bien que l'authentification client (Chapitre 20, Authentification du client) permet un contrôle très fin sur les accès au serveur, listen_addresses contrôle les interfaces pouvant accepter des tentatives de connexion, ce qui permet d'empêcher des demandes répétées de connexion malveillantes sur des interfaces réseau non sécurisées. Ce paramètre ne peut être configuré qu'au lancement du serveur.

port (integer)

Le port TCP sur lequel le serveur écoute ; 5432 par défaut. Le même numéro de port est utilisé pour toutes les adresses IP que le serveur écoute. Ce paramètre ne peut être configuré qu'au lancement du serveur.

max_connections (integer)

Indique le nombre maximum de connexions concurrentes au serveur de base de données. La valeur par défaut typique est de 100 connexions, mais elle peut être moindre si les paramètres du noyau ne le supportent pas (ce qui est déterminé lors de l'initdb). Ce paramètre ne peut être configuré qu'au lancement du serveur.

Lors de l'exécution d'un serveur en attente, vous devez configurer ce paramètre à la même valeur ou à une valeur plus importante que sur le serveur maître. Sinon, des requêtes pourraient ne pas être autorisées sur le serveur en attente.

Lors que vous modifiez cette valeur, pensez également à ajuster max_parallel_workers and max_parallel_workers_per_gather.

superuser_reserved_connections (integer)

Indique le nombre de connecteurs (« slots ») réservés aux connexions des superutilisateurs PostgreSQL™. Au plus max_connections connexions peuvent être actives simultanément. Dès que le nombre de connexions simultanément actives atteint max_connections moins superuser_reserved_connections, les nouvelles connexions ne sont plus acceptées que pour les superutilisateurs, et aucune nouvelle connexion de réplication ne sera acceptée.

La valeur par défaut est de trois connexions. La valeur doit être plus petite que la valeur de max_connections. Ce paramètre ne peut être configuré qu'au lancement du serveur.

unix_socket_directories (string)

Indique le répertoire pour le(s) socket(s) de domaine Unix sur lequel le serveur va écouter les connexions des applications clientes. Plusieurs sockets peuvent être créés en listant plusieurs répertoires et en les séparant par des virgules. Les espaces blancs entre les entrées sont ignorés. Entourer un nom de répertoire avec des guillemets doubles si vous avez besoin d'inclure un espace blanc ou une virgule dans son nom. Une valeur vide désactive l'utilisation des sockets de domaine Unix, auquel cas seules les sockets TCP/IP pourront être utilisées pour se connecter au serveur. La valeur par défaut est habituellement /tmp, mais cela peut se changer au moment de la contruction. Ce paramètre ne peut être configuré qu'au lancement du serveur.

En plus du fichier socket, qui est nommé .s.PGSQL.nnnnnnnn est le numéro de port du serveur, un fichier ordinaire nommé .s.PGSQL.nnnn.lock sera créé dans chaque répertoire de unix_socket_directories. Les deux fichiers ne doivent pas être supprimés manuellement.

Ce paramètre n'a pas de sens sur les systèmes qui ignorent complètement les droits sur les sockets, comme Solaris à partir de la version 10. Un effet similaire peut être atteint en pointant unix_socket_directories vers un répertoire ayant un droit de recherche limité à l'audience acceptée. Ce paramètre n'a aucun intérêt sous Windows car ce système n'a pas de sockets domaine Unix.

unix_socket_group (string)

Configure le groupe propriétaire des sockets de domaine Unix (l'utilisateur propriétaire des sockets est toujours l'utilisateur qui lance le serveur). En combinaison avec le paramètre unix_socket_permissions, ceci peut être utilisé comme un mécanisme de contrôle d'accès supplémentaire pour les connexions de domaine Unix. Par défaut, il s'agit d'une chaîne vide, ce qui sélectionne le groupe par défaut de l'utilisateur courant. Ce paramètre ne peut être configuré qu'au lancement du serveur.

Ce paramètre n'a aucun intérêt sous Windows car ce système n'a pas de sockets domaine Unix.

unix_socket_permissions (integer)

Configure les droits d'accès aux sockets de domaine Unix. Ce socket utilise l'ensemble habituel des droits du système de fichiers Unix. Ce paramètre doit être indiqué sous une forme numérique telle qu'acceptée par les appels système chmod et umask (pour utiliser le format octal, ce nombre doit commencer avec un 0 (zéro)).

Les droits par défaut sont 0777, signifiant que tout le monde peut se connecter. Les alternatives raisonnables sont 0770 (utilisateur et groupe uniquement, voir aussi unix_socket_group) et 0700 (utilisateur uniquement) (pour un socket de domaine Unix, seul le droit d'accès en écriture importe ; il n'est donc pas nécessaire de donner ou de révoquer les droits de lecture ou d'exécution).

Ce mécanisme de contrôle d'accès est indépendant de celui décrit dans le Chapitre 20, Authentification du client.

Ce paramètre ne peut être configuré qu'au lancement du serveur.

Ce paramètre n'a aucun intérêt sous Windows car ce système n'a pas de sockets domaine Unix.

bonjour (boolean)

Active la promotion de l'existence du serveur via le protocole Bonjour™. Désactivé par défaut, ce paramètre ne peut être configuré qu'au lancement du serveur.

bonjour_name (string)

Indique le nom du service Bonjour™. Le nom de l'ordinateur est utilisé si ce paramètre est configuré avec une chaîne vide (ce qui est la valeur par défaut). Ce paramètre est ignoré si le serveur n'est pas compilé avec le support Bonjour™. Ce paramètre ne peut être configuré qu'au lancement du serveur.

tcp_keepalives_idle (integer)

Indique le nombre de secondes d'inactivité avant que TCP envoie un paquet keepalive au client. Une valeur de 0 revient à utiliser la valeur système par défaut. Ce paramètre est seulement supporté par les systèmes qui supportent les symboles TCP_KEEPIDLE ou une option socket équivalente et sur Windows ; sur les autres systèmes, ce paramètre doit valoir zéro. Pour les sessions connectées via une socket de domaine Unix, ce paramètre est ignoré et vaut toujours zéro.

[Note]

Note

Sur Windows, une valeur de 0 configurera ce paramètre à deux heures car Windows ne fournit pas un moyen de lire la valeur par défaut du système.

tcp_keepalives_interval (integer)

Indique le nombre de secondes après lesquelles un paquet TCP keepalive qui n'a pas été aquitté par le client doit être retransmis. Une valeur de 0 revient à utiliser la valeur système par défaut. Ce paramètre est seulement supporté par les systèmes qui supportent le symbole TCP_KEEPINTVL ou une option socket équivalente et sur Windows ; sur les autres systèmes, ce paramètre doit valoir zéro. Pour les sessions connectées via une socket de domaine Unix, ce paramètre est ignoré et vaut toujours zéro.

[Note]

Note

Sur Windows, une valeur de 0 configurera ce paramètre à une seconde car Windows ne fournit pas un moyen de lire la valeur par défaut du système.

tcp_keepalives_count (integer)

Indique le nombre de paquets TCP keepalive pouvant être perdus avant que la connexion au serveur soit considérée comme morte. Une valeur de 0 revient à utiliser la valeur système par défaut. Ce paramètre est seulement supporté par les systèmes qui supportent le symbole TCP_KEEPCNT ou une option socket équivalente, et sur Windows ; sur les autres systèmes, ce paramètre doit valoir zéro. Pour les sessions connectées via une socket de domaine Unix, ce paramètre est ignoré et vaut toujours zéro.

[Note]

Note

Ce paramètre n'est pas supporté sur Windows et doit donc valoir zéro.

19.3.2. Sécurité et authentification

authentication_timeout (integer)

Temps maximum pour terminer l'authentification du client, en secondes. Si un client n'a pas terminé le protocole d'authentification dans ce délai, le serveur ferme la connexion. Cela protège le serveur des clients bloqués occupant une connexion indéfiniment. La valeur par défaut est d'une minute. Ce paramètre peut être configuré au lancement du serveur et dans le fichier postgresql.conf.

ssl (boolean)

Active les connexions SSL. Lire la Section 18.9, « Connexions tcp/ip sécurisées avec ssl » avant de l'utiliser. Ce paramètre peut uniquement être modifié dans le fichier postgresql.conf ou indiqué sur la ligne de commande. La valeur par défaut est off.

ssl_ciphers (string)

Donne une liste d'algorithmes SSL autorisées à être utilisés sur des connexions sécurisées. Voir la page de manuel de ciphers dans le paquet OpenSSL pour la syntaxe de ce paramètre et une liste des valeurs supportées. Ce paramètre peut uniquement être modifié dans le fichier La valeur par défaut est HIGH:MEDIUM:+3DES:!aNULL. Cette valeur par défaut est généralement un choix raisonnable à moins que vous n'ayez des contraintes de sécurité spécifiques.

Voici une explication de la valeur par défaut ;:

HIGH

Algorithmes du groupe HIGH (par exemple AES, Camellia, 3DES)

MEDIUM

Algorithmes du groupe MEDIUM (par exemple RC4, SEED)

+3DES

L'ordre par défaut dans HIGH est problématique car il positionne 3DES avant AES128. Ceci est mauvais parce que 3DES offre moins de sécurité que AES128, et il est aussi bien moins rapide. +3DES le réordonne après les algorithmes des groupes HIGH et MEDIUM.

!aNULL

Désactive les algorithmes anonymes qui ne font pas d'authentification. Ces algorithmes sont vulnérables à des attaques de type man-in-the-middle et ne doivent donc pas être utilisés.

Les détails sur les algorithmes varient suivant les versions d'OpenSSL. Utiliser la commande openssl ciphers -v 'HIGH:MEDIUM:+3DES:!aNULL' pour voir les détails réels de la version OpenSSL actuellement installée. Notez que cette liste est filtrée à l'exécution suivant le type de clé du serveur.

ssl_prefer_server_ciphers (boolean)

Précise s'il faut utiliser les préférences du serveur en terme d'algorithmes, ou celles du client. Ce paramètre peut uniquement être modifié dans le fichier postgresql.conf ou indiqué sur la ligne de commande. La valeur par défaut est true.

Les versions plus anciennes de PostgreSQL n'ont pas ce paramètre et utilisent toujours les préférences du client. Ce paramètre a principalement pour but de maintenir une compatibilité ascendante avec ces versions. Utiliser les préférences du serveur est généralement conseillé car il est plus probable que le serveur soit correctement configuré.

ssl_ecdh_curve (string)

Indique le nom de la courve à utiliser dans l'échange de clés ECDH. Elle doit être acceptée par tous les clients qui se connectent. Il n'est pas nécessaire que la même courbe soit utilisée par la clé Elliptic Curve. Ce paramètre peut uniquement être modifié dans le fichier postgresql.conf ou indiqué sur la ligne de commande. La valeur par défaut est prime256v1.

Noms OpenSSL pour les courbes les plus courantes : prime256v1 (NIST P-256), secp384r1 (NIST P-384), secp521r1 (NIST P-521). La liste complète des courbes disponibles peut être récupérée avec la commande openssl ecparam -list_curves. Toutes ne sont pas utilisables dans TLS.

ssl_ca_file (string)

Indique le nom du fichier contenant l'autorité du certificat serveur SSL (CA). Les chemins relatifs sont relatifs par rapport au répertoire de données. Ce paramètre peut uniquement être modifié dans le fichier postgresql.conf ou indiqué sur la ligne de commande. Par défaut le paramètre est vide, ce qui veut dire qu'il n'y a pas de fichier d'autorité du certificat chargé, et donc que la vérification du certificat client n'est pas effectuée.

Dans les précédentes versions de PostgreSQL, le nom de ce fichier était positionné en dur à root.crt.

ssl_cert_file (string)

Indique le nom du fichier contenant le certificat SSL du serveur. Les chemins relatifs sont relatifs par rapport au répertoire de données. Ce paramètre peut uniquement être modifié dans le fichier postgresql.conf ou indiqué sur la ligne de commande. La valeur par défaut est server.crt.

ssl_crl_file (string)

Indique le nom du fichier contenant la liste de révocation de certificat SSL serveur (CRL). Les chemins relatifs sont relatifs par rapport au répertoire de données. Ce paramètre peut uniquement être modifié dans le fichier postgresql.conf ou indiqué sur la ligne de commande. Par défaut ce paramètre est vide, ce qui veut dire qu'aucune liste de révocation de certificat n'est chargée.

Dans les précédentes versions de PostgreSQL, le nom de ce fichier était positionné en dur à root.crl.

ssl_key_file (string)

Indique le nom du fichier contenant la clé privée SSL du serveur. Les chemins relatifs sont relatifs par rapport au répertoire de données. Ce paramètre peut uniquement être modifié dans le fichier postgresql.conf ou indiqué sur la ligne de commande. La valeur par défaut est server.key.

password_encryption (enum)

Quand un mot de passe est spécifié dansCREATE ROLE(7) ou ALTER ROLE(7), ce paramètre détermine l'algorithme à utiliser pour chiffrer le mot de passe. La valeur par défaut est md5, qui a pour effet de stocker le mot de passe comme un hashage MD5 (on est également accepté, comme alias de md5). Positionner ce paramètre à scram-sha-256 chiffrera le mot de passe avec SCRAM-SHA-256. Voir Section 20.3.2, « Authentification par mot de passe » pour plus de détails.

Veuillez noter que des clients plus anciens pourraient ne pas supporter le mécanisme d'authentification SCRAM, et pas conséquent ne fonctionneraient pas avec des mots de passe chiffrés avec SCRAM-SHA-256.

ssl_dh_params_file (string)

Indique le nom du fichier contenant les paramètres Diffie-Hellman utilisés pour la famille DH éphémère des algorithmes SSL. La valeur par défaut est une chaîne vide, auquel cas les paramètres DH par défaut sont utilisés. Utiliser des paramètres DH personnalisés réduit l'exposition si un attaquant réussit à craquer les paramètres DH internes bien connus. Vous pouvez créer votre propre fichier de paramètre DH avec la commande openssl dhparam -out dhparams.pem 2048.

Ce paramètre peut seulement être configuré dans le fichier postgresql.conf ou sur la ligne de commande du serveur.

krb_server_keyfile (string)

Configure l'emplacement du fichier contenant la clé secrète du serveur Kerberos. Voir la Section 20.3.3, « Authentification GSSAPI » pour les détails. Ce paramètre ne peut être configuré que dans le fichier postgresql.conf ou indiqué sur la ligne de commande.

krb_caseins_users (boolean)

Indique si les noms des utilisateurs GSSAPI doivent être traités en respectant la casse. Désactivé par défaut (insensible à la casse, valeur off), Ce paramètre ne peut être configuré que dans le fichier postgresql.conf ou indiqué sur la ligne de commande.

db_user_namespace (boolean)

Active les noms d'utilisateur par base de données. Désactivé par défaut, ce paramètre ne peut être configuré que dans le fichier postgresql.conf ou indiqué sur la ligne de commande.

Si ce paramètre est activé, les utilisateurs doivent être créés sous la forme nomutilisateur@nom_base. Quand nomutilisateur est passé par un client se connectant, @ et le nom de la base de données sont ajoutés au nom de l'utilisateur et ce nom d'utilisateur spécifique à la base est recherché par le serveur. Lorsque des utilisateurs dont le nom contient un @ sont créés dans l'environnement SQL, ce nom doit être placé entre guillemets.

db_user_namespace permet aux représentations des noms d'utilisateurs du client et du serveur de différer. Les vérifications sont toujours faites avec les noms d'utilisateurs du serveur, ce qui fait que les méthodes d'authentification doivent être configurées pour le nom d'utilisateur du serveur, pas pour celui du client. Comme md5 utilise le nom d'utilisateur comme sel à la fois sur le client et le serveur, md5 ne peut pas être utilisé conjointement avec db_user_namespace.

Ce paramètre activé, il reste possible de créer des utilisateurs globaux ordinaires. Il suffit pour cela d'ajouter @ au nom du client, e.g. joe@. Le @ est supprimé avant que le serveur ne recherche ce nom.

[Note]

Note

Cette fonctionnalité, temporaire, sera supprimée lorsqu'une solution complète sera trouvée.