PostgreSQLLa base de données la plus sophistiquée au monde.
Documentation PostgreSQL 12.11 » Langage SQL » Fonctions et opérateurs » Expressions conditionnelles

9.17. Expressions conditionnelles

Cette section décrit les expressions conditionnelles respectueuses du standard SQL disponibles avec PostgreSQL.

Astuce

S'il s'avère nécessaire d'aller au-delà des possibilités offertes par les expressions conditionnelles, il faut considérer l'écriture d'une fonction côté serveur dans un langage de programmation plus expressif.

Note

Bien que COALESCE, GREATEST et LEAST soient similaires syntaxiquement aux fonctions, ce ne sont pas des fonctions ordinaires, et de ce fait elles ne peuvent pas être utilisées avec des arguments de tableaux VARIADIC.

9.17.1. CASE

L'expression SQL CASE est une expression conditionnelle générique, similaire aux instructions if/else des autres langages de programmation :

CASE WHEN condition THEN résultat
     [WHEN ...]
     [ELSE résultat]
END

Les clauses CASE peuvent être utilisées partout où une expression est valide. Chaque condition est une expression qui renvoie un résultat de type boolean. Si le résultat de la condition est vrai, alors la valeur de l'expression CASE est le résultat qui suit la condition. Si le résultat de la condition n'est pas vrai, toutes les clauses WHEN suivantes sont parcourues de la même façon. Si aucune condition WHEN n'est vraie, alors la valeur de l'expression CASE est le résultat de la clause ELSE. Si la clause ELSE est omise et qu'aucune condition ne correspond, alors le résultat est nul.

Un exemple :

SELECT * FROM test;

 a
---
 1
 2
 3


SELECT a,
       CASE WHEN a=1 THEN 'un'
            WHEN a=2 THEN 'deux'
            ELSE 'autre'
       END
    FROM test;

 a | case
---+-------
 1 | un
 2 | deux
 3 | autre

Les types de données de toutes les expressions résultat doivent être convertibles dans un type de sortie unique. Voir la Section 10.5 pour plus de détails.

L'expression CASE qui suit est une variante de la forme générale ci-dessus :

CASE expression
    WHEN valeur THEN
    résultat
    [WHEN ...]
    [ELSE résultat]
END

La première expression est calculée et comparée à chacune des valeur des clauses WHEN jusqu'à en trouver une égale. Si aucune ne correspond, le résultat de la clause ELSE (ou une valeur NULL) est renvoyé(e). C'est similaire à l'instruction switch du langage C.

L'exemple ci-dessus peut être réécrit en utilisant la syntaxe CASE simple :

SELECT a,
       CASE a WHEN 1 THEN 'un'
              WHEN 2 THEN 'deux'
              ELSE 'autre'
       END
    FROM test;

 a | case
---+-------
 1 | un
 2 | deux
 3 | autre

Une expression CASE n'évalue pas les sous-expressions qui ne sont pas nécessaires pour déterminer le résultat. Par exemple, une façon possible d'éviter une division par zéro :

SELECT ... WHERE CASE WHEN x <> 0 THEN y/x > 1.5 ELSE false END;

Note

Comme décrit dans Section 4.2.14, il existe plusieurs situations dans lesquelles les sous-expressions d'une expression sont évaluées à des moments différents. De fait, le principe suivant lequel « CASE évalue seulement les sous-expressions nécessaires » n'est pas garanti. Par exemple, une sous-expression constante 1/0 renvoie normalement une erreur de division par zéro lors de la planification, même s'il s'agit d'une branche de CASE qui ne serait jamais choisie à l'exécution.

9.17.2. COALESCE

COALESCE(valeur [, ...])

La fonction COALESCE renvoie le premier de ses arguments qui n'est pas nul. Une valeur NULL n'est renvoyée que si tous les arguments sont nuls. Cette fonction est souvent utile pour substituer une valeur par défaut aux valeurs NULL lorsque la donnée est récupérée pour affichage. Par exemple :

SELECT COALESCE(description, description_courte, '(aucune)') ...

Cela renvoie description si sa valeur est non NULL. Sinon courte_description s'il est lui-même non NULL, et enfin (aucune).

Les arguments doivent tous être convertible vers un type de données commun, qui* sera le type du résultat (voir Section 10.5 pour les détails).

À l'instar d'une expression CASE, COALESCE n'évalue pas les arguments inutiles à la détermination du résultat ; c'est-à-dire que tous les arguments à la droite du premier argument non nul ne sont pas évalués. Cette fonction SQL standard fournit des fonctionnalités similaires à NVL et IFNULL, qui sont utilisées dans d'autres systèmes de bases de données.

9.17.3. NULLIF

NULLIF(valeur1, valeur2)

La fonction NULLIF renvoie une valeur NULL si valeur1 et valeur2 sont égales ; sinon, elle renvoie valeur1.

On peut s'en servir pour effectuer l'opération inverse de l'exemple de COALESCE donné ci-dessus :

SELECT NULLIF(valeur, '(aucune)') ...

Dans cet exemple, si valeur vaut (aucune), la valeur NULL est renvoyée, sinon la valeur de valeur est renvoyée.

Les deux arguments doit être de types comparables. Pour être spécifique, ils sont comparés exactement comme si vous aviez écrit value1 = value2, donc il doit y avoir un opérateur = convenable de disponible.

Le résultat a le même type que le premier argument -- mais il existe une subtilité. Ce qui est réellement renvoyé est le premier argument de l'opérateur = impliqué et, dans certains cas, aura été promu pour correspondre au type du deuxième argument. Par exemple, NULLIF(1, 2.2) renvoie numeric parce qu'il n'y a pas d'opérateur integer = numeric, seulement un numeric = numeric.

9.17.4. GREATEST et LEAST

GREATEST(valeur [, ...])
LEAST(valeur [, ...])

Les fonctions GREATEST et LEAST sélectionnent, respectivement, la valeur la plus grande et la valeur la plus petite d'une liste d'expressions. Elles doivent être toutes convertibles en un type de données commun, type du résultat (voir la Section 10.5 pour les détails). Les valeurs NULL contenues dans la liste sont ignorées. Le résultat est NULL uniquement si toutes les expressions sont NULL.

GREATEST et LEAST ne sont pas dans le standard SQL, mais sont des extensions habituelles. D'autres SGBD leur imposent de retourner NULL si l'un quelconque des arguments est NULL, plutôt que lorsque tous les arguments sont NULL.