PostgreSQLLa base de données la plus sophistiquée au monde.

Version anglaise

19.17. Options pour les développeurs

Les paramètres qui suivent permettent de travailler sur les sources de PostgreSQL™ et, dans certains cas, fournissent une aide à la récupération de bases de données sévèrement endommagées. Il n'y a aucune raison de les utiliser en configuration de production. En tant que tel, ils sont exclus du fichier d'exemple de postgresql.conf. Un certain nombre d'entre eux requièrent des options de compilation spéciales pour fonctionner.

allow_system_table_mods (boolean)

Autorise la modification de la structure des tables systèmes. Ce paramètre, utilisé par initdb, n'est modifiable qu'au démarrage du serveur.

ignore_system_indexes (boolean)

Ignore les index système lors de la lecture des tables système (mais continue de les mettre à jour lors de modifications des tables). Cela s'avère utile lors de la récupération d'index système endommagés. Ce paramètre ne peut pas être modifié après le démarrage de la session.

post_auth_delay (integer)

Si ce paramètre est différent de zéro, un délai de ce nombre de secondes intervient, après l'étape d'authentification, lorsqu'un nouveau processus serveur est lancé. Ceci a pour but de donner l'opportunité aux développeurs d'attacher un débogueur au processus serveur. Ce paramètre ne peut pas être modifié après le démarrage de la session.

pre_auth_delay (integer)

Si ce paramètre est différent de zéro, un délai de ce nombre de secondes intervient juste après la création d'un nouveau processus, avant le processus d'authentification. Ceci a pour but de donner une opportunité aux développeurs d'attacher un débogueur au processus serveur pour tracer les mauvais comportements pendant l'authentification. Ce paramètre ne peut être configuré que dans le fichier postgresql.conf ou indiqué sur la ligne de commande.

trace_notify (boolean)

Produit un grand nombre de sorties de débogage pour les commandes LISTEN et NOTIFY. client_min_messages ou log_min_messages doivent être positionnées à DEBUG1 ou plus bas pour envoyer cette sortie sur les traces client ou serveur, respectivement.

trace_recovery_messages (enum)

Contrôle les niveaux des traces écrites dans le journal applicatif pour les modules nécessaires lors du traitement de la restauration. Cela permet à l'utilisateur de surcharger la configuration normale de log_min_messages, mais seulement pour des messages spécifiques. Ça a été ajouté principalement pour débugger Hot Standby. Les valeurs valides sont DEBUG5, DEBUG4, DEBUG3, DEBUG2, DEBUG1 et LOG. La valeur par défaut, LOG, n'affecte pas les décisions de trace. Les autres valeurs causent l'apparition de messages de débogage relatifs à la restauration pour tous les messages de ce niveau et des niveaux supérieurs. Elles utilisent malgré tout le niveau LOG ; pour les configurations habituelles de log_min_messages, cela résulte en un envoi sans condition dans les traces du serveur. Ce paramètre ne peut être configuré que dans le fichier postgresql.conf ou indiqué sur la ligne de commande.

trace_sort (boolean)

Si ce paramètre est actif, des informations concernant l'utilisation des ressources lors des opérations de tri sont émises. Ce paramètre n'est disponible que si la macro TRACE_SORT a été définie lors de la compilation de PostgreSQL™ (néanmoins, TRACE_SORT est actuellement définie par défaut).

trace_locks (boolean)

Si activé, émet des informations à propos de l'utilisation des verrous. L'information fournie inclut le type d'opération de verrouillage, le type de verrou et l'identifiant unique de l'objet verrouillé ou déverrouillé. Sont aussi inclus les masques de bits pour les types de verrous déjà accordés pour cet objet, ainsi que pour les types de verrous attendus sur cet objet. Pour chaque type de verrou un décompte du nombre de verrous accordés et en attente est aussi retourné, ainsi que les totaux. Un exemple de sortie dans le journal applicatif est montré ici :

LOG:  LockAcquire: new: lock(0xb7acd844) id(24688,24696,0,0,0,1)
      grantMask(0) req(0,0,0,0,0,0,0)=0 grant(0,0,0,0,0,0,0)=0
      wait(0) type(AccessShareLock)
LOG:  GrantLock: lock(0xb7acd844) id(24688,24696,0,0,0,1)
      grantMask(2) req(1,0,0,0,0,0,0)=1 grant(1,0,0,0,0,0,0)=1
      wait(0) type(AccessShareLock)
LOG:  UnGrantLock: updated: lock(0xb7acd844) id(24688,24696,0,0,0,1)
      grantMask(0) req(0,0,0,0,0,0,0)=0 grant(0,0,0,0,0,0,0)=0
      wait(0) type(AccessShareLock)
LOG:  CleanUpLock: deleting: lock(0xb7acd844) id(24688,24696,0,0,0,1)
      grantMask(0) req(0,0,0,0,0,0,0)=0 grant(0,0,0,0,0,0,0)=0
      wait(0) type(INVALID)
     

Les détails de la structure retournée peuvent être trouvés dans src/include/storage/lock.h.

Ce paramètre n'est disponible que si la macro LOCK_DEBUG a été définie quand PostgreSQL™ a été compilé.

trace_lwlocks (boolean)

Si à on, génère des informations à propos de l'utilisation de verrous légers (lightweight lock). Les verrous légers servent principalement à fournir une exclusion mutuelle d'accès aux structures de données en mémoire partagée.

Ce paramètre n'est disponible que si la macro LOCK_DEBUG a été définie quand PostgreSQL™ a été compilé.

trace_userlocks (boolean)

Si activé, génère des informations à propos de l'utilisation de verrous utilisateurs. La sortie est la même que pour trace_locks, mais restreinte aux verrous informatifs.

trace_lock_oidmin (integer)

Si positionné, ne trace pas les verrouillages pour des tables en dessous de cet OID. (à utiliser pour ne pas avoir de sortie pour les tables systèmes)

Ce paramètre n'est disponible que si la macro LOCK_DEBUG a été définie quand PostgreSQL™ a été compilé.

trace_lock_table (integer)

Tracer les verrouillages sur cette table de façon inconditionnelle.

Ce paramètre n'est disponible que si la macro LOCK_DEBUG a été définie quand PostgreSQL™ a été compilé.

debug_deadlocks (boolean)

Si positionné, génère des informations à propos de tous les verrous en cours quand l'expiration de temps d'attente d'un verrou mortel se produit.

Ce paramètre n'est disponible que si la macro LOCK_DEBUG a été définie quand PostgreSQL™ a été compilé.

log_btree_build_stats (boolean)

Si positionné, trace des statistiques d'utilisation de ressource système (mémoire et processeur) sur différentes opérations B-tree.

Ce paramètre n'est disponible que si la macro BTREE_BUILD_STATS a été définie quand PostgreSQL™ a été compilé.

wal_consistency_checking (string)

Ce paramètre est destiné à être utiliser pour vérifier la présence de bugs dans les routines d'application de WAL. Une fois activé, des images de l'intégralité des pages sont ajoutés aux enregistrements. Si l'enregistrement est ensuite rejoué, le système appliquera d'abord chaque enregistrement et testera ensuite si les tampons modifiés par l'enregistrement correspond aux images stockées. Dans certains cas (commme les hint bits), des variations mineures sont acceptables, et seront ignorées. Toute différence inattendue provoquera une erreur fatale, ce qui arrêtera la restauration.

La valeur par défaut pour ce paramètre est une chaîne cide, ce qui désactive la fonctionnalité. Le paramètre peut être positionné à all pour vérifier tous les enregistrements, ou une liste séparée par des virgules de gestionnaires de sources afin de vérifier uniquement les enregistrements en fonction de ces gestionnaires de ressource. Actuellement, les gestionnaires de ressource supportés sont heap, heap2, btree, hash, gin, gist, sequence, spgist, brin, et generic. Seuls les superutilisateurs peuvent modifier ce paramètre.

wal_debug (boolean)

Si ce paramètre est positionné à on, une sortie de débogage relative aux WAL est émise. Ce paramètre n'est disponible que si la macro WAL_DEBUG a été définie au moment de la compilation de PostgreSQL™.

ignore_checksum_failure (boolean)

Ne fonctionne que si data checksums est activé.

La détection d'un échec des sommes de vérification lors d'une lecture cause habituellement la levée d'une erreur par PostgreSQL™, ce qui annule la transaction en cours. Activer ignore_checksum_failure fait que le système ignore l'échec (mais rapporte toujours un message d'avertissement) et continue le traitement. Ce comportement pourrait être la cause d'arrêts brutaux, de propagation ou de dissimulation de corruption, ou d'autres problème sérieux. Néanmoins, il peut vous permettre de dépasser l'erreur et de récupérer les lignes endommagées qui pourraient toujours être présentes dans la table si l'en-tête du bloc est sain. Si l'en-tête est corrompu, une erreur sera rapportée même si cette option est activée. La configuration par défaut est off, et elle ne peut être modifiée que par un superutilisateur.

zero_damaged_pages (boolean)

La détection d'un en_tête de page endommagé cause normalement le renvoi d'une erreur par PostgreSQL™, annulant du même coup la transaction en cours. Activer zero_damaged_pages fait que le système renvoie un message d'avertissement, efface la page endommagée en mémoire et continue son traitement. Ce comportement détruit des données, très exactement toutes les lignes comprises dans la page endommagée. Néanmoins, il vous permet de passer l'erreur et de récupérer les lignes des pages non endommagées qui pourraient être présentes dans la table. C'est intéressant pour récupérer des données si une corruption est survenue à cause d'une erreur logicielle ou matérielle. Vous ne devriez pas activer cette option sauf si vous avez perdu tout espoir de récupérer les données des pages endommagées d'une table. L'effacement des pages n'est pas vidée sur disque donc il est recommandé de recréer la table ou l'index avant de désactiver de nouveau ce paramètre. La configuration par défaut est off, et peut seulement être modifiée par un superutilisateur.

jit_debugging_support (boolean)

Si LLVM en est capable, enregistre les fonctions générées auprès de GDB™. Cela facilite le débogage. Le paramètrage par défaut est off. Ce paramètre peut seulement être configuré au démarrage du serveur.

jit_dump_bitcode (boolean)

Écrit l'IR (intermediate representation) de LLVM™ dans le système de fichiers, dans data_directory. Ce n'est utile que pour travailler sur le fonctionnement interne de l'implémentation JIT. Le défaut est off. Ce paramètre peut seulement être configuré au démarrage du serveur.

jit_expressions (boolean)

Détermine si les expressions sont compilées par JIT quand la compilation JIT est activée (voir Section 31.2, « Quand utiliser le JIT ? »). La valeur par défaut est on.

jit_profiling_support (boolean)

Si LLVM le peut, pour que perf™ puisse profiler les fonctions générées par le JIT, écrit les données nécessaires dans des fichiers dans $HOME/.debug/jit/  ; l'utilisateur est responsable du nettoyage en temps voulu. Le paramétrage par défaut est off,. Il ne peut être mis en place qu'au démarrage du serveur.

jit_tuple_deforming (boolean)

Détermine si le décodage d'enregistrement est compilé par le JIT, quand la compilation JIT est activée (voir Section 31.2, « Quand utiliser le JIT ? »). Le défaut est on.