PostgreSQLLa base de données la plus sophistiquée au monde.

Version anglaise

34. Objets larges

PostgreSQL™ a des fonctionnalités concernant les objets larges, fournissant un accès style flux aux données utilisateurs stockées dans une structure spéciale. L'accès en flux est utile pour travailler avec des valeurs de données trop larges pour être manipuler convenablement en entier.

Ce chapitre décrit l'implémentation, la programmation et les interfaces du langage de requêtes pour les données de type objet large dans PostgreSQL™. Nous utilisons la bibliothèque C libpq pour les exemples de ce chapitre mais la plupart des interfaces natives de programmation de PostgreSQL™ supportent des fonctionnalités équivalentes. D'autres interfaces pourraient utiliser l'interface des objets larges en interne pour fournir un support générique des valeurs larges. Ceci n'est pas décrit ici.

34.1. Introduction

Tous les « Large Objects » sont stockés dans une seule table système nommée pg_largeobject. Chaque « Large Object » a aussi une entrée dans la table système pg_largeobject_metadata. Les « Large Objects » peuvent être créés, modifiés et supprimés en utilisant l'API de lecture/écriture très similaire aux opérations standards sur les fichiers.

PostgreSQL™ supporte aussi un système de stockage appelé « TOAST » qui stocke automatiquement les valeurs ne tenant pas sur une page de la base de données dans une aire de stockage secondaire par table. Ceci rend partiellement obsolète la fonctionnalité des objets larges. Un avantage restant des objets larges est qu'il autorise les valeurs de plus de 4 To en taille alors que les champs TOAST peuvent être d'au plus 1 Go. De plus, lire et mettre à jour des portions d'un « Large Object » se fait très simplement en conservant de bonnes performances alors que la plupart des opérations sur un champ mis dans la partie TOAST demandera une lecture ou une écriture de la valeur totale.