PostgreSQLLa base de données la plus sophistiquée au monde.

Version anglaise

30.5. Vue interne des journaux de transaction

Le mécanisme WAL est automatiquement disponible ; aucune action n'est requise de la part de l'administrateur excepté de s'assurer que l'espace disque requis par les journaux de transaction soit présent et que tous les réglages soient faits (regardez la Section 30.4, « Configuration des journaux de transaction »).

Des enregistrements WAL sont ajoutés aux journaux WAL, enregistrement après enregistrement. La position d'insertion est donnée par le Log Sequence Number (LSN) qui est un décalage d'octet dans les journaux de transactions, décalage s'incrémentant de manière monotone à chaque enregistrement. Les valeurs du LSN sont renvoyées en tant que type de données pg_lsn. Les valeurs peuvent être comparées pour calculer le volume de données WAL les séparant, permettant ainsi de mesurer l'avancement de la réplication et de la restauration.

Les journaux de transaction sont stockés dans le répertoire pg_wal sous le répertoire de données, comme un ensemble de fichiers, chacun d'une taille de 16 Mo généralement (cette taille pouvant être modifiée en précisant une valeur pour l'option --wal-segsize de initdb). Chaque fichier est divisé en pages de généralement 8 Ko (cette taille pouvant être modifiée en précisant une valeur pour l'option --with-wal-blocksize de configure). Les en-têtes de l'entrée du journal sont décrites dans access/xlogrecord.h ; le contenu de l'entrée dépend du type de l'événement qui est enregistré. Les fichiers sont nommés suivant un nombre qui est toujours incrémenté et qui commence à 000000010000000000000000. Les nombres ne bouclent pas, mais cela prendra beaucoup de temps pour épuiser le stock de nombres disponibles.

Il est avantageux que les journaux soient situés sur un autre disque que celui des fichiers principaux de la base de données. Cela peut se faire en déplaçant le répertoire pg_wal vers un autre emplacement (alors que le serveur est arrêté) et en créant un lien symbolique de l'endroit d'origine dans le répertoire principal de données au nouvel emplacement.

Le but de WAL est de s'assurer que le journal est écrit avant l'altération des entrées dans la base, mais cela peut être mis en échec par les disques qui rapportent une écriture réussie au noyau quand, en fait, ils ont seulement mis en cache les données et ne les ont pas encore stockés sur le disque. Une coupure de courant dans ce genre de situation peut mener à une corruption irrécupérable des données. Les administrateurs devraient s'assurer que les disques contenant les journaux de transaction de PostgreSQL™ ne produisent pas ce genre de faux rapports. (Voir Section 30.1, « Fiabilité ».)

Après qu'un point de contrôle ait été fait et que le journal ait été écrit, la position du point de contrôle est sauvegardée dans le fichier pg_control. Donc, au début de la récupération, le serveur lit en premier pg_control et ensuite l'entrée du point de contrôle ; ensuite, il exécute l'opération REDO en parcourant vers l'avant à partir de la position du journal indiquée dans l'entrée du point de contrôle. Parce que l'ensemble du contenu des pages de données est sauvegardé dans le journal à la première modification de page après un point de contrôle (en supposant que full_page_writes n'est pas désactivé), toutes les pages changées depuis le point de contrôle seront restaurées dans un état cohérent.

Pour gérer le cas où pg_control est corrompu, nous devons permettre le parcours des segments de journaux existants en ordre inverse -- du plus récent au plus ancien -- pour trouver le dernier point de vérification. Ceci n'a pas encore été implémenté. pg_control est assez petit (moins d'une page disque) pour ne pas être sujet aux problèmes d'écriture partielle et, au moment où ceci est écrit, il n'y a eu aucun rapport d'échecs de la base de données uniquement à cause de son incapacité à lire pg_control. Donc, bien que cela soit théoriquement un point faible, pg_control ne semble pas être un problème en pratique.