PostgreSQLLa base de données la plus sophistiquée au monde.

Version anglaise

CREATE DATABASE

CREATE DATABASE — Créer une nouvelle base de données

Synopsis

CREATE DATABASE nom
    [ [ WITH ] [ OWNER [=] nom_utilisateur ]
               [ TEMPLATE [=] modèle ]
               [ ENCODING [=] codage ]
               [ LC_COLLATE [=] lc_collate ]
               [ LC_CTYPE [=] lc_ctype ]
               [ TABLESPACE [=] tablespace ]
               [ ALLOW_CONNECTIONS [=] connexion_autorisee ]
               [ CONNECTION LIMIT [=] limite_connexion ]
               [ IS_TEMPLATE [=] est_template ] ]
  

Description

CREATE DATABASE crée une nouvelle base de données.

Pour créer une base de données, il faut être superutilisateur ou avoir le droit spécial CREATEDB. Voir à ce sujet CREATE USER(7).

Par défaut, la nouvelle base de données est créée en clonant la base système standard template1. Un modèle différent peut être utilisé en écrivant TEMPLATE nom. En particulier, la clause TEMPLATE template0 permet de créer une base de données vierge qui ne contient que les objets standards pré-définis dans la version de PostgreSQL™ utilisée. C'est utile pour ne pas copier les objets locaux ajoutés à template1.

Paramètres

nom

Le nom de la base de données à créer.

nom_utilisateur

Le nom de l'utilisateur propriétaire de la nouvelle base de données ou DEFAULT pour l'option par défaut (c'est-à-dire le nom de l'utilisateur qui exécute la commande). Pour créer une base de données dont le propriétaire est un autre rôle, vous devez être un membre direct ou direct de ce rôle, ou être un superutilisateur.

modèle

Le nom du modèle squelette de la nouvelle base de données ou DEFAULT pour le modèle par défaut (template1).

codage

Le jeu de caractères de la nouvelle base de données. Peut-être une chaîne (par exemple 'SQL_ASCII'), un nombre de jeu de caractères de type entier ou DEFAULT pour le jeu de caractères par défaut (en fait, celui de la base modèle). Les jeux de caractères supportés par le serveur PostgreSQL™ sont décrits dans Section 23.3.1, « Jeux de caractères supportés ». Voir ci-dessous pour des restrictions supplémentaires.

lc_collate

L'ordre de tri (LC_COLLATE) à utiliser dans la nouvelle base. Ceci affecte l'odre de tri appliqué aux chaînes, par exemple dans des requêtes avec ORDER BY, ainsi que l'ordre utilisé dans les index sur les colonnes texte. Le comportement par défaut est de choisir l'ordre de tri de la base de données modèle. Voir ci-dessous pour les restrictions supplémentaires.

lc_ctype

La classification du jeu de caractères (LC_CTYPE) à utiliser dans la nouvelle base. Ceci affecte la catégorisation des caractères, par exemple minuscule, majuscule et chiffre. Le comportement par défaut est d'utiliser la classification de la base de données modèle. Voir ci-dessous pour les restrictions supplémentaires.

tablespace

Le nom du tablespace associé à la nouvelle base de données ou DEFAULT pour le tablespace de la base de données modèle. Ce tablespace est celui par défaut pour les objets créés dans cette base de données. Voir CREATE TABLESPACE(7) pour plus d'informations.

allowconn

À false, personne ne peut se connecter à cette base de données. La valeur par défaut est true, ce qui permet les connexions (sauf restriction par d'autres mécanismes, comme GRANT/REVOKE CONNECT).

limite_connexion

Le nombre de connexions concurrentes à la base de données. -1 (valeur par défaut) signifie qu'il n'y a pas de limite.

istemplate

À true, cette base de données peut être clonée par tout utilisateur ayant l'attribut CREATEDB ; à false, seuls les superutilisateurs ou le propriétaire de la base de données peuvent la cloner.

L'ordre des paramètres optionnels n'a aucune importance.

Notes

La commande CREATE DATABASE ne peut pas être exécutée à l'intérieur d'un bloc de transactions.

Les erreurs sur la ligne « ne peut initialiser le répertoire de la base de données » (« could not initialize database directory » dans la version originale) sont le plus souvent dues à des droits insuffisants sur le répertoire de données, à un disque plein ou à un autre problème relatif au système de fichiers.

L'instruction DROP DATABASE(7) est utilisée pour supprimer la base de données.

Le programme createdb(1) est un enrobage de cette commande fourni par commodité.

Les paramètres de configuration au niveau base de données, configurés avec ALTER DATABASE(7)) ne sont pas copiés à partir de la base de données modèle.

Bien qu'il soit possible de copier une base de données autre que template1 en spécifiant son nom comme modèle, cela n'est pas (encore) prévu comme une fonctionnalité « COPY DATABASE » d'usage général. La limitation principale est qu'aucune autre session ne peut être connectée à la base modèle pendant sa copie. CREATE DATABASE échouera s'il y a une autre connexion au moment de son exécution ; sinon, les nouveaux connexions à la base modèle seront verrouillées jusqu'à la fin de la commande CREATE DATABASE. La Section 22.3, « Bases de données modèles » fournit plus d'informations à ce sujet.

L'encodage du jeu de caractère spécifié pour la nouvelle base de données doit être compatible avec les paramètre de locale (LC_COLLATE et LC_CTYPE). Si la locale est C (ou de la même façon POSIX), alors tous les encodages sont autorisés. Pour d'autres paramètres de locale, il n'y a qu'un encodage qui fonctionnera correctement. (Néanmoins, sur Windows, l'encodage UTF-8 peut être utilisée avec toute locale.) CREATE DATABASE autorisera les superutilisateurs à spécifier l'encodage SQL_ASCII quelque soit le paramètre locale mais ce choix devient obsolète et peut occasionner un mauvais comportement des fonctions sur les chaînes si des données dont l'encodage n'est pas compatible avec la locale sont stockées dans la base.

Les paramètres d'encodage et de locale doivent correspondre à ceux de la base modèle, excepté quand la base template0 est utilisée comme modèle. La raison en est que d'autres bases de données pourraient contenir des données qui ne correspondent pas à l'encodage indiqué, ou pourraient contenir des index dont l'ordre de tri est affecté par LC_COLLATE et LC_CTYPE. Copier ces données peut résulter en une base de données qui est corrompue suivant les nouveaux paramètres. template0, par contre, ne contient aucun index pouvant être affecté par ces paramètres.

L'option CONNECTION LIMIT n'est qu'approximativement contraignante ; si deux nouvelles sessions commencent sensiblement en même temps alors qu'un seul « connecteur » à la base est disponible, il est possible que les deux échouent. De plus, les superutilisateurs et les processus worker ne sont pas soumis à cette limite.

Exemples

Créer une nouvelle base de données :

CREATE DATABASE lusiadas;
   

Créer une base de données ventes possédée par l'utilisateur app_ventes utilisant le tablespace espace_ventes comme espace par défaut :

              CREATE DATABASE ventes OWNER app_ventes TABLESPACE espace_ventes;
   

Pour créer une base music avec une locale différente :

CREATE DATABASE music
    LC_COLLATE 'sv_SE.utf8' LC_CTYPE 'sv_SE.utf8'
    TEMPLATE template0;

Dans cet exemple, la clause TEMPLATE template0 est nécessaire si la locale spécifiée est différente de celle de template1. (Sinon, préciser explicitement la locale est redondant.)

Pour créer une base music2 avec une locale différente et et un jeu de caractère différent :

+CREATE DATABASE music2
    LC_COLLATE 'sv_SE.iso885915' LC_CTYPE 'sv_SE.iso885915'
    ENCODING LATIN9
    TEMPLATE template0;
   

La locale et l'encodage spécifiés doivent correspondre, ou une erreur sera levée.

Veuillez noter que les noms de locale sont spécifiques au système d'exploitation, par conséquent la commande précédente pourrait ne pas fonctionner de la même façon partout.

Compatibilité

Il n'existe pas d'instruction CREATE DATABASE dans le standard SQL. Les bases de données sont équivalentes aux catalogues, dont la création est définie par l'implantation.