PostgreSQLLa base de données la plus sophistiquée au monde.

Version anglaise

GRANT

GRANT — Définir les droits d'accès

Synopsis

              GRANT { { SELECT | INSERT | UPDATE | DELETE | TRUNCATE | REFERENCES | TRIGGER }
    [, ...] | ALL [ PRIVILEGES ] }
    ON { [ TABLE ] nom_table [, ...]
         | ALL TABLES IN SCHEMA nom_schéma [, ...] }
    TO spécification_rôle [, ...] [ WITH GRANT OPTION ]

GRANT { { SELECT | INSERT | UPDATE | REFERENCES } ( nom_colonne [, ...] )
    [, ...] | ALL [ PRIVILEGES ] ( nom_colonne [, ...] ) }
    ON [ TABLE ] nom_table [, ...]
    TO spécification_rôle [, ...] [ WITH GRANT OPTION ]

GRANT { { USAGE | SELECT | UPDATE }
    [, ...] | ALL [ PRIVILEGES ] }
    ON { SEQUENCE nom_séquence [, ...]
         | ALL SEQUENCES IN SCHEMA nom_schéma [, ...] }
    TO spécification_rôle [, ...] [ WITH GRANT OPTION ]

GRANT { { CREATE | CONNECT | TEMPORARY | TEMP } [, ...] | ALL [ PRIVILEGES ] }
    ON DATABASE nom_base [, ...]
    TO spécification_rôle [, ...] [ WITH GRANT OPTION ]

GRANT { USAGE | ALL [ PRIVILEGES ] }
    ON DOMAIN nom_domaine [, ...]
    TO spécification_rôle [, ...] [ WITH GRANT OPTION ]

GRANT { USAGE | ALL [ PRIVILEGES ] }
    ON FOREIGN DATA WRAPPER nom_fdw [, ...]
    TO spécification_rôle [, ...] [ WITH GRANT OPTION ]

GRANT { USAGE | ALL [ PRIVILEGES ] }
    ON FOREIGN SERVER nom_serveur [, ...]
    TO spécification_rôle [, ...] [ WITH GRANT OPTION ]

GRANT { EXECUTE | ALL [ PRIVILEGES ] }
    ON { FUNCTION nom_fonction [ ( [ [ mode_arg ] [ nom_arg ] type_arg [, ...] ] ) ] [, ...]
         | ALL FUNCTIONS IN SCHEMA nom_schéma [, ...] }
    TO spécification_rôle [, ...] [ WITH GRANT OPTION ]

GRANT { USAGE | ALL [ PRIVILEGES ] }
    ON LANGUAGE nom_lang [, ...]
    TO spécification_rôle [, ...] [ WITH GRANT OPTION ]

GRANT { { SELECT | UPDATE } [, ...] | ALL [ PRIVILEGES ] }
    ON LARGE OBJECT loid [, ...]
    TO spécification_rôle [, ...] [ WITH GRANT OPTION ]

GRANT { { CREATE | USAGE } [, ...] | ALL [ PRIVILEGES ] }
    ON SCHEMA nom_schéma [, ...]
    TO spécification_rôle [, ...] [ WITH GRANT OPTION ]

GRANT { CREATE | ALL [ PRIVILEGES ] }
    ON TABLESPACE tablespace_name [, ...]
    TO spécification_rôle [, ...] [ WITH GRANT OPTION ]

GRANT { USAGE | ALL [ PRIVILEGES ] }
    ON TYPE nom_type [, ...]
    TO spécification_rôle [, ...] [ WITH GRANT OPTION ]

spécification_rôle peut valoir :

    [ GROUP ] nom_rôle
  | PUBLIC
  | CURRENT_USER
  | SESSION_USER

GRANT nom_rôle [, ...] TO nom_rôle [, ...] [ WITH ADMIN OPTION ]
  

Description

La commande GRANT a deux variantes basiques : la première donne des droits sur un objet de la base de données (table, colonne, vue, table distante, séquence, base de données, wrapper de données distantes, serveur distant, fonction, langage de procédure, schéma ou espace logique), la seconde gère les appartenances à un rôle. Ces variantes sont assez similaires mais somme toute assez différentes pour être décrites séparément.

GRANT sur les objets de la base de données

Cette variante de la commande GRANT donne des droits spécifiques sur un objet de la base de données a un ou plusieurs rôles. Ces droits sont ajoutés à ceux déjà possédés, s'il y en a.

Il existe aussi une option pour donner les droits sur tous les objets d'un même type sur un ou plusieurs schémas. Cette fonctionnalité n'est actuellement proposée que pour les tables, séquences et fonctions (mais notez que ALL TABLES incluent aussi les vues et les tables distantes).

Le mot clé PUBLIC indique que les droits sont donnés à tous les rôles, y compris ceux créés ultérieurement. PUBLIC peut être vu comme un groupe implicitement défini qui inclut en permanence tous les rôles. Un rôle particulier dispose de la somme des droits qui lui sont acquis en propre, des droits de tout rôle dont il est membre et des droits donnés à PUBLIC.

Si WITH GRANT OPTION est précisé, celui qui reçoit le droit peut le transmettre à son tour (NDT : par la suite on parlera d'«  option de transmission de droit  », là où en anglais il est fait mention de «  grant options  »). Sans l'option GRANT, l'utilisateur ne peut pas le faire. Cette option ne peut pas être donnée à PUBLIC.

Il n'est pas nécessaire d'accorder des droits au propriétaire d'un objet (habituellement l'utilisateur qui l'a créé) car, par défaut, le propriétaire possède tous les droits. (Le propriétaire peut toutefois choisir de révoquer certains de ses propres droits.)

Le droit de supprimer un objet ou de modifier sa définition n'est pas configurable avec cette commande. Il est spécifique au propriétaire de l'objet. Ce droit ne peut ni être donné ni supprimé. Néanmoins, il est possible d'avoir le même effet en rendant un utilisateur membre du rôle qui possède cet object ou en le supprimant de ce rôle. Le propriétaire a aussi implicitement les options de transmission de droits pour l'objet.

PostgreSQL donne des droits par défaut sur certains types d'objets à PUBLIC. Aucun droit n'est donné à PUBLIC par défaut sur les tables les colonnes de table, les séquences, les wrappers de données distantes, les serveurs distants, les large objects, les schémas, et les tablespaces. Pour les autres types d'objets, les droits par défaut donnés et tablespaces. Pour les autres types, les droits par défaut donnés à PUBLIC sont les suivants : CONNECT et TEMPORARY (création de tables temporaires) pour les bases de données ; EXECUTE pour les procédures stockées ; USAGE pour les langages et les types de données (incluant les domaines). Le propriétaire de l'objet peut, bien sûr, utiliser REVOKE pour enlever les droits par défaut et les droits donnés après coup. (Pour un maximum de sécurité, REVOKE est lancé dans la même transaction que la création de l'objet ; ainsi, il n'y a pas de laps de temps pendant lequel un autre utilisateur peut utiliser l'objet.) De plus, cette configuration des droits par défaut peut être modifiée en utilisant la commande ALTER DEFAULT PRIVILEGES(7).

Les droits possibles sont :

SELECT

Autorise SELECT(7) sur toutes les colonnes, ou sur les colonnes listées spécifiquement, de la table, vue ou séquence indiquée. Autorise aussi l'utilisation de COPY(7) TO. De plus, ce droit est nécessaire pour référencer des valeurs de colonnes existantes avec UPDATE(7) ou DELETE(7). Pour les séquences, ce droit autorise aussi l'utilisation de la fonction currval. Pour les « Large Objects », ce droit permet la lecture de l'objet.

INSERT

Autorise INSERT(7) d'une nouvelle ligne dans la table indiquée. Si des colonnes spécifiques sont listées, seules ces colonnes peuvent être affectées dans une commande INSERT, (les autres colonnes recevront par conséquent des valeurs par défaut). Autorise aussi COPY(7) FROM.

UPDATE

Autorise UPDATE(7) sur toute colonne de la table spécifiée, ou sur les colonnes spécifiquement listées. (En fait, toute commande UPDATE non triviale nécessite aussi le droit SELECT car elle doit référencer les colonnes pour déterminer les lignes à mettre à jour et/ou calculer les nouvelles valeurs des colonnes.) SELECT ... FOR UPDATE et SELECT ... FOR SHARE requièrent également ce droit sur au moins une colonne en plus du droit SELECT. Pour les séquences, ce droit autorise l'utilisation des fonctions nextval et setval. Pour les « Large Objects », ce droit permet l'écriture et le tronquage de l'objet.

DELETE

Autorise DELETE(7) d'une ligne sur la table indiquée. (En fait, toute commande DELETE non triviale nécessite aussi le droit SELECT car elle doit référencer les colonnes pour déterminer les lignes à supprimer.)

TRUNCATE

Autorise TRUNCATE(7) sur la table indiquée.

REFERENCES

Ce droit est requis sur les colonnes de référence et les colonnes qui référencent pour créer une contrainte de clé étrangère. Le droit peut être accordé pour toutes les colonnes, ou seulement des colonnes spécifiques.

TRIGGER

Autorise la création d'un déclencheur sur la table indiquée. (Voir l'instruction CREATE TRIGGER(7).)

CREATE

Pour les bases de données, autorise la création de nouveaux schémas et de nouvelles publications dans la base de données.

Pour les schémas, autorise la création de nouveaux objets dans le schéma. Pour renommer un objet existant, il est nécessaire d'en être le propriétaire et de posséder ce droit sur le schéma qui le contient.

Pour les tablespaces, autorise la création de tables, d'index et de fichiers temporaires dans le tablespace et autorise la création de bases de données utilisant ce tablespace par défaut. (Révoquer ce privilège ne modifie pas l'emplacement des objets existants.)

CONNECT

Autorise l'utilisateur à se connecter à la base indiquée. Ce droit est vérifié à la connexion (en plus de la vérification des restrictions imposées par pg_hba.conf).

TEMPORARY, TEMP

Autorise la création de tables temporaires lors de l'utilisation de la base de données spécifiée.

EXECUTE

Autorise l'utilisation de la fonction indiquée et l'utilisation de tout opérateur défini sur cette fonction. C'est le seul type de droit applicable aux fonctions. (Cette syntaxe fonctionne aussi pour les fonctions d'agrégat.)

USAGE

Pour les langages procéduraux, autorise l'utilisation du langage indiqué pour la création de fonctions. C'est le seul type de droit applicable aux langages procéduraux.

Pour les schémas, autorise l'accès aux objets contenus dans le schéma indiqué (en supposant que les droits des objets soient respectés). Cela octroie, pour l'essentiel, au bénéficiaire le droit de « consulter » les objets contenus dans ce schéma. Sans ce droit, il est toujours possible de voir les noms des objets en lançant des requêtes sur les tables système. De plus, après avoir révoqué ce droit, les processus serveur existants pourraient recevoir des requêtes qui ont déjà réalisé cette recherche auparavant, donc ce n'est pas un moyen complètement sécurisé d'empêcher l'accès aux objets.

Pour les séquences, ce droit autorise l'utilisation des fonctions currval et nextval.

Pour les types et domaines, ce droit autorise l'utilisation du type ou du domaine dans la création de tables, procédures stockées et quelques autres objets du schéma. (Notez qu'il ne contrôle pas un « usage » général du type, comme les valeurs du type apparaissant dans les requêtes. Il empêche seulement les objets d'être créés s'ils dépendent de ce type. Le but principal de ce droit est de contrôler les utilisateurs pouvant créer des dépendances sur un type, ce qui peut empêcher le propriétaire de changer le type après coup.)

Pour des wrappers de données distantes, ce droit autorise la création de nouveaux serveurs utilisant ce wrapper.

Pour les serveurs, ce privilège autorise la création de tables étrangères utilisant le serveur. Les rôles recevant ce privilège pourraient également créer, modifier ou supprimer leurs propres correspondances d'utilisateurs associées à ce serveur.

ALL PRIVILEGES

Octroie tous les droits disponibles en une seule opération. Le mot clé PRIVILEGES est optionnel sous PostgreSQL™ mais est requis dans le standard SQL.

Les droits requis par les autres commandes sont listés sur les pages de référence de ces commandes.

GRANT sur les rôles

Cette variante de la commande GRANT définit l'appartenance d'un (ou plusieurs) rôle(s) à un autre. L'appartenance à un rôle est importante car elle offre tous les droits accordés à un rôle à l'ensemble de ses membres.

Si WITH ADMIN OPTION est spécifié, le membre peut à la fois en octroyer l'appartenance à d'autres rôles, et la révoquer. Sans cette option, les utilisateurs ordinaires ne peuvent pas le faire. Un rôle ne dispose pas de l'option WITH ADMIN OPTION lui-même mais il peut donner ou enlever son appartenance à partir d'une session où l'utilisateur correspond au rôle. Les superutilisateurs peuvent donner ou supprimer l'appartenance à tout rôle. Les rôles disposant de l'attribut CREATEROLE peuvent donner ou supprimer l'appartenance à tout rôle qui n'est pas un superutilisateur.

Contrairement au cas avec les droits, l'appartenance à un rôle ne peut pas être donné à PUBLIC. Notez aussi que ce format de la commande n'autorise pas le mot GROUP.

Notes

La commande REVOKE(7) est utilisée pour retirer les droits d'accès.

Depuis PostgreSQL™ 8.1, le concept des utilisateurs et des groupes a été unifié en un seul type d'entité appelé rôle. Il n'est donc plus nécessaire d'utiliser le mot clé GROUP pour indiquer si le bénéficiaire est un utilisateur ou un groupe. GROUP est toujours autorisé dans cette commande mais est ignoré.

Un utilisateur peut exécuter des SELECT, INSERT, etc. sur une colonne si il a le privilège soit sur cette colonne spécifique, soit sur la table entière. Donner un privilège de table puis le révoquer pour une colonne ne fera pas ce que vous pourriez espérer : l'autorisation au niveau de la table n'est pas affectée par une opération au niveau de la colonne.

Quand un utilisateur, non propriétaire d'un objet, essaie d'octroyer des droits sur cet objet, la commande échoue si l'utilisateur n'a aucun droit sur l'objet. Tant que des privilèges existent, la commande s'exécute, mais n'octroie que les droits pour lesquels l'utilisateur dispose de l'option de transmission. Les formes GRANT ALL PRIVILEGES engendrent un message d'avertissement si aucune option de transmission de droit n'est détenue, tandis que les autres formes n'engendrent un message que lorsque les options de transmission du privilège concerné par la commande ne sont pas détenues. (Cela s'applique aussi au propriétaire de l'objet, mais comme on considère toujours que ce dernier détient toutes les options de transmission, le problème ne se pose jamais.)

Les superutilisateurs de la base de données peuvent accéder à tous les objets sans tenir compte des droits qui les régissent. Cela est comparable aux droits de root sur un système Unix. Comme avec root, il est déconseillé d'opérer en tant que superutilisateur, sauf en cas d'impérieuse nécessité.

Si un superutilisateur lance une commande GRANT ou REVOKE, tout se passe comme si la commande était exécutée par le propriétaire de l'objet concerné. Les droits octroyés par cette commande semblent ainsi l'avoir été par le propriétaire de l'objet. (L'appartenance à rôle, elle, semble être donnée par le rôle conteneur.)

GRANT et REVOKE peuvent aussi être exécutées par un rôle qui n'est pas le propriétaire de l'objet considéré, mais est membre du rôle propriétaire de l'objet, ou membre du rôle titulaire du privilège WITH GRANT OPTION sur cet objet. Dans ce cas, les droits sont enregistrés comme donnés par le rôle propriétaire de l'objet ou titulaire du privilège WITH GRANT OPTION. Par exemple, si la table t1 appartient au rôle g1, dont le rôle u1 est membre, alors u1 peut donner les droits sur t1 à u2, mais ces droits apparaissent octroyés directement par g1. Tout autre membre du rôle g1 peut les révoquer par la suite.

Si le rôle qui exécute GRANT détient, de manière indirecte, les droits souhaités à travers plus d'un niveau d'appartenance, il est difficile de prévoir le rôle reconnu comme fournisseur du privilège. Dans de tels cas, le meilleur moyen d'utiliser SET ROLE est de devenir le rôle qui doit octroyer les droits.

Donner un droit sur une table n'étend pas automatiquement les droits sur les séquences utilisées par cette table, ceci incluant les séquences liées par des colonnes de type SERIAL. Les droits sur les séquences doivent être donnés séparément.

La commande \dp de psql(1) permet d'obtenir des informations sur les droits existants pour les tables et colonnes, par exemple :

=> \z matable
                              Access privileges
 Schema |  Name   | Type  |   Access privileges   | Column access privileges
--------+---------+-------+-----------------------+--------------------------
 public | mytable | table | miriam=arwdDxt/miriam | col1:
                          : =r/miriam             :   miriam_rw=rw/miriam
                          : admin=arw/miriam
(1 row)
   

Les entrées affichées par \dp sont interprétées ainsi :

              rolename=xxxx -- privileges granted to a role
              =xxxx -- privileges granted to PUBLIC


                  r -- SELECT ("lecture")
                  w -- UPDATE ("écriture")
                  a -- INSERT ("ajout")
                  d -- DELETE
                  D -- TRUNCATE
                  x -- REFERENCES
                  t -- TRIGGER
                  X -- EXECUTE
                  U -- USAGE
                  C -- CREATE
                  c -- CONNECT
                  T -- TEMPORARY
            arwdDxt -- ALL PRIVILEGES (pour les tables, varie pour les autres objets)
                  * -- option de transmission du privilège qui précède

              /yyyy -- role qui a donné le droit
   

L'exemple ci-dessus présente ce que voit l'utilisatrice miriam après la création de la table matable et l'exécution de :

GRANT SELECT ON matable TO PUBLIC;
GRANT SELECT, UPDATE, INSERT ON matable TO admin;
GRANT SELECT (col1), UPDATE (col1) ON matable TO miriam_rw;
   

Pour les objects non-tables, il y a d'autres commandes \d qui peuvent afficher leurs privilèges.

Si la colonne « Access privileges » est vide pour un objet donné, cela signifie que l'objet possède les droits par défaut (c'est-à-dire que la colonne des droits est NULL). Les droits par défaut incluent toujours les droits complets pour le propriétaire et peuvent inclure quelques droits pour PUBLIC en fonction du type d'objet comme cela est expliqué plus haut. Le premier GRANT ou REVOKE sur un objet instancie les droits par défaut (produisant, par exemple, {=,miriam=arwdDxt/miriam}) puis les modifie en fonction de la requête spécifiée. Les entrées sont affichées en « Privilèges d'accès aux colonnes » seulement pour les colonnes qui ont des privilèges différents de ceux par défaut. (Notez que, dans ce but, « default privileges » signifie toujours les droits par défaut inhérents au type de l'objet. Un objet dont les droits ont été modifiés avec la commande ALTER DEFAULT PRIVILEGES sera toujours affiché avec une entrée de droit effective qui inclut les effets de la commande ALTER.)

Les options de transmission de privilèges implicites du propriétaire ne sont pas indiquées dans l'affichage des droits d'accès. Une * apparaît uniquement lorsque les options de transmission ont été explicitement octroyées.

Exemples

Donner le droit d'insertion à tous les utilisateurs sur la table films :

GRANT INSERT ON films TO PUBLIC;
   

Donner tous les droits possibles à l'utilisateur manuel sur la vue genres :

              GRANT ALL PRIVILEGES ON genres TO manuel;
   

Bien que la commande ci-dessus donne tous les droits lorsqu'elle est exécutée par un superutilisateur ou par le propriétaire de genres, exécutée par quelqu'un d'autre, elle n'accorde que les droits pour lesquels cet utilisateur possède l'option de transmission.

Rendre joe membre de admins :

GRANT admins TO joe;
   

Compatibilité

Conformément au standard SQL, le mot clé PRIVILEGES est requis dans ALL PRIVILEGES. Le standard SQL n'autorise pas l'initialisation des droits sur plus d'un objet par commande.

PostgreSQL™ autorise un propriétaire d'objet à révoquer ses propres droits ordinaires : par exemple, le propriétaire d'un objet peut le placer en lecture seule pour lui-même en révoquant ses propres droits INSERT, UPDATE, DELETE et TRUNCATE. Le standard SQL ne l'autorise pas. La raison en est que PostgreSQL™ traite les droits du propriétaire comme ayant été donnés par le propriétaire ; il peut, de ce fait, aussi les révoquer. Dans le standard SQL, les droits du propriétaire sont donnés par une entité « _SYSTEM ». N'étant pas « _SYSTEM », le propriétaire ne peut pas révoquer ces droits.

D'après le standard SQL, les options de cette commande peuvent être données à PUBLIC ; PostgreSQL supporte seulement l'ajout des options de droits aux rôles.

Le standard SQL fournit un droit USAGE sur d'autres types d'objet : jeux de caractères, collations, conversions.

Dans le standard SQL, seules les séquences ont un droit USAGE qui contrôle l'utilisation de l'expression NEXT VALUE FOR, un équivalent de la fonction nextval dans PostgreSQL. Les droits SELECT et UPDATE des séquences sont une extension de PostgreSQL. L'application du droit USAGE de la séquence à la fonction currval est aussi une extension PostgreSQL (comme l'est la fonction elle-même).

Les droits sur les bases de données, tablespaces, langages, schémas et séquences sont des extensions PostgreSQL™.