PostgreSQLLa base de données la plus sophistiquée au monde.

Version anglaise

42.12. Portage d'Oracle PL/SQL

Cette section explicite les différences entre le PL/pgSQL de PostgreSQL™ et le langage PL/SQL d'Oracle, afin d'aider les développeurs qui portent des applications d'Oracle® vers PostgreSQL™.

PL/pgSQL est similaire à PL/SQL sur de nombreux aspects. C'est un langage itératif structuré en blocs et toutes les variables doivent être déclarées. Les affectations, boucles, conditionnelles sont similaires. Les principales différences que vous devez garder à l'esprit quand vous portez de PL/SQL vers PL/pgSQL sont:

  • Si un nom utilisé dans une commande SQL peut être soit un nom de colonne d'une table soit une référence à une variable de la fonction, PL/SQL le traite comme un nom de commande. Cela correspond au comportement de PL/pgSQL lorsque plpgsql.variable_conflict = use_column, ce qui n'est pas la valeur par défaut, comme expliqué dans Section 42.10.1, « Substitution de variables ». Il est préféreable d'éviter de tels ambigüités des le début mais si vous devez migrer une grande quantité de code qui dépend de ce comportement, paramétrer variable_conflict peut s'avérer être la meilleure solution.

  • Dans PostgreSQL™, le corps de la fonction doit être écrit comme une chaîne litérale. Du coup, vous avez besoin d'utiliser les guillemets dollar ou l'échappement des simples guillemets dans le corps de la fonction. Voir la Section 42.11.1, « Utilisation des guillemets simples (quotes) ».

  • Les noms de type de données ont besoin d'une conversion. Par exemple, les valeurs de type chaîne de caractères sont souvent déclarées de type varchar2, qui n'est pas un type standard. Avec PostgreSQL™, utilisez à la place le type varchar ou text. De la même façon, remplacez le type number avec numeric, ou utilisez un autre type de données numériques s'il en existe un plus approprié.

  • À la place des packages, utilisez des schémas pour organiser vos fonctions en groupes.

  • Comme il n'y a pas de paquetages, il n'y a pas non plus de variables au niveau paquetage. Ceci est un peu ennuyant. Vous pourriez être capable de conserver un état par session dans les tables temporaires à la place.

  • Les boucles FOR d'entiers en ordre inverse (REVERSE) fonctionnent différemment ; PL/SQL compte du second numéro jusqu'au premier alors que PL/pgSQL compte du premier jusqu'au second, ceci réclamant que les limites de la boucle soient échangées lors du portage. Cette incompatibilité est malheureuse mais a peu de chance d'être changée. (Voir Section 42.6.3.5, « FOR (variante avec entier) ».)

  • Les boucles FOR sur des requêtes (autres que des curseurs) fonctionnent aussi différemment : la variable cible doit avoir été déclarée alors que PL/SQL les déclare toujours implicitement. Un avantage de ceci est que les valeurs des variables sont toujours accessibles à la sortie de la boucle.

  • Il existe plusieurs différences de notation pour l'utilisation des variables curseurs.

42.12.1. Exemples de portages

L'Exemple 42.8, « Portage d'une fonction simple de PL/SQL vers PL/pgSQL » montre comment porter une simple fonction de PL/SQL vers PL/pgSQL.

Exemple 42.8. Portage d'une fonction simple de PL/SQL vers PL/pgSQL

Voici une fonction en PL/SQL Oracle™ :

CREATE OR REPLACE FUNCTION cs_fmt_browser_version(v_name varchar2, v_version varchar2)
RETURN varchar2 IS
BEGIN
    IF v_version IS NULL THEN
        RETURN v_name;
    END IF;
    RETURN v_name || '/' || v_version;
END;
/
show errors;
   

Parcourons cette fonction et voyons les différences avec PL/pgSQL :

  • Le nom du type varchar2 a dû être changé en varchar ou text. Dans les exemples de cette section, nous utiliserons varchar mais text est souvent un meilleur choix si nous n'avons pas besoin de limite spécifique de taille.

  • Le mot clé RETURN dans le prototype de la fonction (pas dans le corps de la fonction) devient RETURNS dans PostgreSQL. De plus, IS devient AS et vous avez besoin d'ajouter une clause LANGUAGE parce que PL/pgSQL n'est pas le seul langage de procédures disponible.

  • Dans PostgreSQL™, le corps de la fonction est considéré comme une chaîne littérale, donc vous avez besoin d'utiliser les guillemets simples ou les guillemets dollar tout autour. Ceci se substitue au / de fin dans l'approche d'Oracle.

  • La commande show errors n'existe pas dans PostgreSQL™ et n'est pas nécessaire car les erreurs sont rapportées automatiquement.

Voici de quoi aurait l'air cette fonction portée sous PostgreSQL™ :

CREATE OR REPLACE FUNCTION cs_fmt_browser_version(v_name varchar, v_version varchar)
RETURNS varchar AS $$
BEGIN
    IF v_version IS NULL THEN
        return v_name;
    END IF;
    RETURN v_name || '/' || v_version;
END;
$$ LANGUAGE plpgsql;
   

L'Exemple 42.9, « Portage d'une fonction qui crée une autre fonction de PL/SQL vers PL/pgSQL » montre comment porter une fonction qui crée une autre fonction et comment gérer les problèmes de guillemets résultants.

Exemple 42.9. Portage d'une fonction qui crée une autre fonction de PL/SQL vers PL/pgSQL

La procédure suivante récupère des lignes d'une instruction SELECT et construit une grande fonction dont les résultats sont dans une instruction IF pour favoriser l'efficacité.

Voici la version Oracle :

CREATE OR REPLACE PROCEDURE cs_update_referrer_type_proc IS
    referrer_keys CURSOR IS
        SELECT * FROM cs_referrer_keys
        ORDER BY try_order;

    func_cmd VARCHAR(4000);
BEGIN
    func_cmd := 'CREATE OR REPLACE FUNCTION cs_find_referrer_type(v_host IN VARCHAR2,
                 v_domain IN VARCHAR2, v_url IN VARCHAR2) RETURN VARCHAR2 IS BEGIN';

    FOR referrer_key IN referrer_keys LOOP
        func_cmd := func_cmd ||
        ' IF v_' || referrer_key.kind
        || ' LIKE ''' || referrer_key.key_string
        || ''' THEN RETURN ''' || referrer_key.referrer_type
        || '''; END IF;';
    END LOOP;

    func_cmd := func_cmd || ' RETURN NULL; END;';

    EXECUTE IMMEDIATE func_cmd;
END;
/
show errors;
   

Voici comment la fonction serait dans PostgreSQL™ :

CREATE OR REPLACE FUNCTION cs_update_referrer_type_proc() RETURNS void AS $func$
DECLARE
    CURSOR referrer_keys IS
        SELECT * FROM cs_referrer_keys
        ORDER BY try_order;
    func_body text;
    func_cmd text;
BEGIN
    func_body := 'BEGIN' ;

    FOR referrer_key IN SELECT * FROM cs_referrer_keys ORDER BY try_order LOOP
        func_body := func_body ||
        ' IF v_' || referrer_key.kind
        || ' LIKE ' || quote_literal(referrer_key.key_string)
        || ' THEN RETURN ' || quote_literal(referrer_key.referrer_type)
        || '; END IF;' ;
    END LOOP;

    func_body := func_body || ' RETURN NULL; END;';

    func_cmd :=
        'CREATE OR REPLACE FUNCTION cs_find_referrer_type(v_host varchar,
        v_domain varchar,
        v_url varchar)
        RETURNS varchar AS '
        || quote_literal(func_body)
        || ' LANGUAGE plpgsql;' ;

        EXECUTE func_cmd;
END;
$func$ LANGUAGE plpgsql;
   

Notez comment le corps de la fonction est construit séparément et est passé au travers de quote_literal pour doubler tout symbole guillemet qu'il peut contenir. Cette technique est nécessaire parce que nous ne pouvons pas utiliser à coup sûr les guillemets dollar pour définir la nouvelle fonction : nous ne sommes pas sûr de savoir quelle chaîne sera interpolée à partir du champ referrer_key.key_string (nous supposons ici que ce referrer_key.kind vaut à coup sûr host, domain ou url mais referrer_key.key_string pourrait valoir autre chose, il pourrait contenir en particulier des signes dollar). Cette fonction est en fait une amélioration de l'original Oracle parce qu'il ne génèrera pas de code cassé quand referrer_key.key_string ou referrer_key.referrer_type contient des guillemets.


L'Exemple 42.10, « Portage d'une procédure avec manipulation de chaînes et paramètres OUT de PL/SQL vers PL/pgSQL » montre comment porter une fonction ayant des paramètres OUT et effectuant des manipulations de chaînes. PostgreSQL™ n'a pas de fonction instr intégrée mais vous pouvez en créer une en utilisant une combinaison d'autres fonctions. Dans la Section 42.12.3, « Annexe », il y a une implémentation PL/pgSQL d'instr que vous pouvez utiliser pour faciliter votre portage.

Exemple 42.10. Portage d'une procédure avec manipulation de chaînes et paramètres OUT de PL/SQL vers PL/pgSQL

La procédure Oracle™ suivante est utilisée pour analyser une URL et renvoyer plusieurs éléments (hôte, chemin et requête). Les fonctions PL/pgSQL ne peuvent renvoyer qu'une seule valeur.

Voici la version Oracle :

CREATE OR REPLACE PROCEDURE cs_parse_url(
    v_url IN VARCHAR2,
    v_host OUT VARCHAR2,  -- Celle-ci sera passée en retour
    v_path OUT VARCHAR2,  -- Celle-là aussi
    v_query OUT VARCHAR2) -- Et celle-là
IS
    a_pos1 INTEGER;
    a_pos2 INTEGER;
BEGIN
    v_host := NULL;
    v_path := NULL;
    v_query := NULL;
    a_pos1 := instr(v_url, '//');

    IF a_pos1 = 0 THEN
        RETURN;
    END IF;
    a_pos2 := instr(v_url, '/', a_pos1 + 2);
    IF a_pos2 = 0 THEN
        v_host := substr(v_url, a_pos1 + 2);
        v_path := '/';
        RETURN;
    END IF;

    v_host := substr(v_url, a_pos1 + 2, a_pos2 - a_pos1 - 2);
    a_pos1 := instr(v_url, '?', a_pos2 + 1);

    IF a_pos1 = 0 THEN
        v_path := substr(v_url, a_pos2);
        RETURN;
    END IF;

    v_path := substr(v_url, a_pos2, a_pos1 - a_pos2);
    v_query := substr(v_url, a_pos1 + 1);
END;
/
show errors;
   

Voici une traduction possible en PL/pgSQL :

CREATE OR REPLACE FUNCTION cs_parse_url(
    v_url IN VARCHAR,
    v_host OUT VARCHAR,  -- This will be passed back
    v_path OUT VARCHAR,  -- This one too
    v_query OUT VARCHAR) -- And this one
AS $$
DECLARE
    a_pos1 INTEGER;
    a_pos2 INTEGER;
BEGIN
    v_host := NULL;
    v_path := NULL;
    v_query := NULL;
    a_pos1 := instr(v_url, '//');

    IF a_pos1 = 0 THEN
        RETURN;
    END IF;
    a_pos2 := instr(v_url, '/', a_pos1 + 2);
    IF a_pos2 = 0 THEN
        v_host := substr(v_url, a_pos1 + 2);
        v_path := '/';
        RETURN;
    END IF;

    v_host := substr(v_url, a_pos1 + 2, a_pos2 - a_pos1 - 2);
    a_pos1 := instr(v_url, '?', a_pos2 + 1);

    IF a_pos1 = 0 THEN
        v_path := substr(v_url, a_pos2);
        RETURN;
    END IF;

    v_path := substr(v_url, a_pos2, a_pos1 - a_pos2);
    v_query := substr(v_url, a_pos1 + 1);
END;
$$ LANGUAGE plpgsql;
   

Cette fonction pourrait être utilisée ainsi :

SELECT * FROM cs_parse_url('http://foobar.com/query.cgi?baz');

L'Exemple 42.11, « Portage d'une procédure de PL/SQL vers PL/pgSQL » montre comment porter une procédure qui utilise de nombreuses fonctionnalités spécifiques à Oracle.

Exemple 42.11. Portage d'une procédure de PL/SQL vers PL/pgSQL

La version Oracle :

CREATE OR REPLACE PROCEDURE cs_create_job(v_job_id IN INTEGER) IS
    a_running_job_count INTEGER;
    PRAGMA AUTONOMOUS_TRANSACTION; -- 1
BEGIN
    LOCK TABLE cs_jobs IN EXCLUSIVE MODE; -- 2

    SELECT count(*) INTO a_running_job_count FROM cs_jobs WHERE end_stamp IS NULL;

    IF a_running_job_count > 0 THEN
        COMMIT; -- free lock 3
        raise_application_error(-20000, 'Unable to create a new job: a job is currently running.');
    END IF;

    DELETE FROM cs_active_job;
    INSERT INTO cs_active_job(job_id) VALUES (v_job_id);

    BEGIN
        INSERT INTO cs_jobs (job_id, start_stamp) VALUES (v_job_id, sysdate);
        EXCEPTION
          WHEN dup_val_on_index THEN NULL; -- ne vous inquietez pas si cela existe déjà
    END;
    COMMIT;
END;
/
show errors
   

Les procédures comme celles-ci peuvent être aisément converties en fonctions PostgreSQL™ renvoyant un void. Cette procédure en particulier est intéressante parce qu'elle peut nous apprendre diverses choses :

1

Il n'y a pas d'instruction PRAGMA dans PostgreSQL™.

2

Si vous faites un LOCK TABLE dans PL/pgSQL, le verrou ne sera pas libéré jusqu'à ce que la transaction appelante soit terminée.

3

Vous ne pouvez pas lancer un COMMIT dans une fonction PL/pgSQL. La fonction est lancée à l'intérieur d'une transaction externe et, du coup, un COMMIT impliquerait simplement la fin de l'exécution de la fonction. Néanmoins, dans ce cas particulier, ce n'est de toute façon pas nécessaire parce que le verrou obtenu par LOCK TABLE sera libéré lors de la levée de l'erreur.

Voici comment nous pourrions porter cette procédure vers PL/pgSQL :

CREATE OR REPLACE FUNCTION cs_create_job(v_job_id integer) RETURNS void AS $$
DECLARE
  a_running_job_count integer;
BEGIN
  LOCK TABLE cs_jobs IN EXCLUSIVE MODE;

  SELECT count(*) INTO a_running_job_count FROM cs_jobs WHERE end_stamp IS NULL;

  IF a_running_job_count > 0 THEN
    RAISE EXCEPTION 'Unable to create a new job: a job is currently running'; -- 1
  END IF;

  DELETE FROM cs_active_job;
  INSERT INTO cs_active_job(job_id) VALUES (v_job_id);

  BEGIN
    INSERT INTO cs_jobs (job_id, start_stamp) VALUES (v_job_id, now());
  EXCEPTION
    WHEN unique_violation THEN -- 2
    -- ne vous inquietez pas si cela existe déjà
  END;
END;
$$ LANGUAGE plpgsql;
   

1

La syntaxe de RAISE est considérablement différente de l'instruction Oracle similaire, bien que le cas basique du RAISE nom_exception fonctionne de façon similaire.

2

Les noms d'exceptions supportées par PL/pgSQL sont différents de ceux d'Oracle. L'ensemble de noms d'exceptions intégré est plus important (voir l'Annexe A, Codes d'erreurs de PostgreSQL). Il n'existe actuellement pas de façon de déclarer des noms d'exceptions définis par l'utilisateur, bien que vous puissiez aussi ignorer les valeurs SQLSTATE choisies par l'utilisateur.

La principale différence fonctionnelle entre cette procédure et l'équivalent Oracle est que le verrou exclusif sur la table cs_jobs sera détenu jusqu'à la fin de la transaction appelante. De plus, si l'appelant annule plus tard (par exemple à cause d'une erreur), les effets de cette procédure seront annulés.


42.12.2. Autres choses à surveiller

Cette section explique quelques autres choses à surveiller quand on effectue un portage de fonctions PL/SQL Oracle vers PostgreSQL.

42.12.2.1. Annulation implicite après une exception

Dans PL/pgSQL, quand une exception est récupérée par une clause EXCEPTION, toutes les modifications de la base de données depuis le bloc BEGIN sont automatiquement annulées. C'est-à-dire que le comportement est identique à celui obtenu à partir d'Oracle avec :

BEGIN
SAVEPOINT s1;
... code ici ...
EXCEPTION
WHEN ... THEN
ROLLBACK TO s1;
... code ici ...
WHEN ... THEN
ROLLBACK TO s1;
... code ici ...
END;

Si vous traduisez une procédure d'Oracle qui utilise SAVEPOINT et ROLLBACK TO dans ce style, votre tâche est facile : omettez SAVEPOINT et ROLLBACK TO. Si vous avez une procédure qui utilise SAVEPOINT et ROLLBACK TO d'une façon différente, alors un peu de réflexion supplémentaire sera nécessaire.

42.12.2.2. EXECUTE

La version PL/pgSQL d'EXECUTE fonctionne de façon similaire à la version PL/SQL mais vous devez vous rappeler d'utiliser quote_literal et quote_ident comme décrit dans la Section 42.5.4, « Exécuter des commandes dynamiques ». Les constructions de type EXECUTE 'SELECT * FROM $1'; ne fonctionneront pas de façon fiable à moins d'utiliser ces fonctions.

42.12.2.3. Optimisation des fonctions PL/pgSQL

PostgreSQL™ vous donne deux modificateurs de création de fonctions pour optimiser l'exécution : la « volatilité » (la fonction renvoie toujours le même résultat quand on lui donne les mêmes arguments) et la « rigueur » (une fonction renvoie NULL si tous ses arguments sont NULL). Consultez la page de référence de CREATE FUNCTION(7) pour les détails.

Pour faire usage de ces attributs d'optimisation, votre instruction CREATE FUNCTION devrait ressembler à ceci :

CREATE FUNCTION foo(...) RETURNS integer AS $$
...
$$ LANGUAGE plpgsql STRICT IMMUTABLE;
   

42.12.3. Annexe

Cette section contient le code d'un ensemble de fonctions instr compatible Oracle que vous pouvez utiliser pour simplifier vos efforts de portage.

--
-- fonctions instr qui reproduisent la contrepartie Oracle
-- Syntaxe: instr(string1, string2, [n], [m]) où [] signifie paramètre optionnel.
--
-- Cherche string1 en commençant par le  n-ième caractère pour la m-ième occurrence
-- de string2.  Si n est négatif, cherche en sens inverse. Si m n'est pas fourni
-- suppose 1 (la recherche commence au premier caractère).
--

CREATE FUNCTION instr(varchar, varchar) RETURNS integer AS $$
DECLARE
    pos integer;
BEGIN
    pos:= instr($1, $2, 1);
    RETURN pos;
END;
$$ LANGUAGE plpgsql STRICT IMMUTABLE;


CREATE FUNCTION instr(string varchar, string_to_search varchar, beg_index integer)
RETURNS integer AS $$
DECLARE
    pos integer NOT NULL DEFAULT 0;
    temp_str varchar;
    beg integer;
    length integer;
    ss_length integer;
BEGIN
    IF beg_index > 0 THEN
        temp_str := substring(string FROM beg_index);
        pos := position(string_to_search IN temp_str);

        IF pos = 0 THEN
            RETURN 0;
        ELSE
            RETURN pos + beg_index - 1;
        END IF;
    ELSIF beg_index < 0 THEN
        ss_length := char_length(string_to_search);
        length := char_length(string);
        beg := length + beg_index - ss_length + 2;

        WHILE beg > 0 LOOP
            temp_str := substring(string FROM beg FOR ss_length);
            pos := position(string_to_search IN temp_str);

            IF pos > 0 THEN
                RETURN beg;
            END IF;

            beg := beg - 1;
        END LOOP;

        RETURN 0;
    ELSE
        RETURN 0;
    END IF;
END;
$$ LANGUAGE plpgsql STRICT IMMUTABLE;


CREATE FUNCTION instr(string varchar, string_to_search varchar,
                      beg_index integer, occur_index integer)
RETURNS integer AS $$
DECLARE
    pos integer NOT NULL DEFAULT 0;
    occur_number integer NOT NULL DEFAULT 0;
    temp_str varchar;
    beg integer;
    i integer;
    length integer;
    ss_length integer;
BEGIN
    IF beg_index > 0 THEN
        beg := beg_index;
        temp_str := substring(string FROM beg_index);

        FOR i IN 1..occur_index LOOP
            pos := position(string_to_search IN temp_str);

            IF i = 1 THEN
                beg := beg + pos - 1;
            ELSE
                beg := beg + pos;
            END IF;

            temp_str := substring(string FROM beg + 1);
        END LOOP;

        IF pos = 0 THEN
            RETURN 0;
        ELSE
            RETURN beg;
        END IF;
    ELSIF beg_index < 0 THEN
        ss_length := char_length(string_to_search);
        length := char_length(string);
        beg := length + beg_index - ss_length + 2;

        WHILE beg > 0 LOOP
            temp_str := substring(string FROM beg FOR ss_length);
            pos := position(string_to_search IN temp_str);

            IF pos > 0 THEN
                occur_number := occur_number + 1;

                IF occur_number = occur_index THEN
                    RETURN beg;
                END IF;
            END IF;

            beg := beg - 1;
        END LOOP;

        RETURN 0;
    ELSE
        RETURN 0;
    END IF;
END;
$$ LANGUAGE plpgsql STRICT IMMUTABLE;